•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition accuse le gouvernement provincial de « museler » les médecins

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili, répond aux questions des journalistes.

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili, ne s'est pas gêné, mardi, pour affirmer que le gouvernement provincial est « allergique à la transparence ».

Photo : Bryan Eneas

Radio-Canada

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan, Ryan Meili, accuse le gouvernement de « museler » les médecins après avoir obtenu une note interne de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) demandant aux travailleurs du milieu de la santé de respecter les « normes de communication » de la province.

La lettre, envoyée le 24 septembre dernier et obtenue par l’opposition grâce à une demande d’accès à l’information, fait référence à un certain nombre d’exemples où les normes de communication n’ont pas été respectées, dont ceux-ci :

  • La publication du compte-rendu d’une réunion qui contenait des informations confidentielles;

  • La communication directe entre des médecins et des instances externes, dont les médias, sans avoir avisé les membres de la SHA;

  • L’utilisation de lettres de la SHA par des médecins afin de demander des ressources supplémentaires au gouvernement de la Saskatchewan et au gouvernement fédéral.

L’auteur de la note interne, dont l'identité n'a pas été dévoilée par le NPD, invite également les destinataires à suivre les normes de la SHA et de ne pas faire apparaître certaines informations dans le compte-rendu des réunions si [les destinataires] ne veulent pas que ces éléments se retrouvent dans les journaux.

Le gouvernement décourage les travailleurs du milieu de la santé de défendre les intérêts des patients. Le gouvernement est allergique à la transparence, déplore Ryan Meili, qui a présenté la lettre lors de la période de questions de mardi à l’Assemblée législative.

La province se défend

Le ministre de la Santé de la Saskatchewan, Jim Reiter, rétorque qu'il n'a jamais vu cette note interne envoyée par la SHA et qu’un suivi sera fait avec les fonctionnaires de l’organisation provinciale.

Nous voulons que tout le monde parle librement. Nous ne muselons personne et surtout pas les médecins, affirme-t-il, ajoutant qu’il était faux de croire que la note interne a été envoyée à la demande du gouvernement.

Le chef de l’opposition trouve cependant curieux que la lettre ait été envoyée un mois après que la province eut abandonné l’idée d’instaurer une ligne téléphonique pour les lanceurs d’alertes dans le milieu de la santé.

Jim Reiter en point de presse.

Ni le premier ministre Scott Moe, ni lui n'ont vu la note interne envoyée par l'Autorité de santé de la Saskatchewan, jure Jim Reiter.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Des précisions sont nécessaires, selon la SHA

Pour sa part, un porte-parole de la SHA déclare que l’intention de l’organisation en envoyant cette note interne était de s’assurer que les documents accessibles au public respectent les règles en ce qui a trait à la protection de la vie privée et de rappeler aux médecins qu’ils représentent la SHA lorsqu’ils parlent en public.

La SHA n’a jamais eu l’intention de restreindre la liberté d'expression du personnel dans le milieu de la santé. [...] Nous sommes conscients que des précisions doivent être amenées et nous veillerons à ce que les destinataires de cette lettre comprennent bien le message que nous voulions leur transmettre, poursuit-il.

Avec les informations d’Adam Hunter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique provinciale