•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête à l’Université Laval sur 7 nouveaux cas d'intoxication au GHB

Une femme tient un verre de bière.

Une femme tient un verre de bière.

Photo : Getty Images / Izabela Habur

Alain Rochefort

La direction de l'Université Laval enquête sur sept nouveaux cas allégués d'intoxication au GHB.

Selon l’Université Laval, les événements seraient survenus au cours d'une soirée organisée par des associations étudiantes à l'extérieur du campus universitaire.

La direction de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation a notamment été informée de messages inquiétants qui ont circulé sur Facebook.

« Nous avons lu des messages inquiétants sur Spotted au cours des derniers jours et, aujourd’hui, nous avons reçu des informations préoccupantes que nous prenons très au sérieux », explique la porte-parole de l’Université Laval, Andrée-Anne Stewart.

Une publication faite anonymement le 14 novembre sur la page « Spotted : Université Laval ».

Une publication faite anonymement le 14 novembre sur la page « Spotted : Université Laval ». Le nom de l'endroit où serait survenu ce cas d'intoxication a été masqué puisqu'il s'agit d'allégations.

Photo : Radio-Canada

Rencontrées sur le campus de l'Université à Sainte-Foy mercredi matin, des étudiantes ont indiqué qu'elles trouvaient cette situation inquiétante. Mélina Tanguay-Duchaine admet être choquée. Je pensais que c'était plus sécuritaire. Ça m'inquiète, surtout pour les futures étudiantes, moi, je suis finissante.

Moi, ça me fait peur, poursuit Julianne Tremblay-Gravel, on va veiller souvent en plus. On dirait que je ne sais plus où il faut aller chercher l'alcool. Il faut rester prudent.

Toujours pas de plainte

Par contre, aucune plainte officielle n'a été déposée à la police pour l'instant.

L'Université Laval encourage d’ailleurs tous ceux qui auraient des renseignements sur ces incidents à les transmettre.

Lorsque nous aurons des preuves, nous porterons plainte au Service de police de la Ville de Québec. En tant qu’institution, nous pouvons porter plainte.

Andrée-Anne Stewart, porte-parole de l’Université Laval

D’autres cas en 2018

À l'automne 2018, huit cas d'intoxication à la drogue du viol ont été signalés, mais personne n'a été accusé.

« Nous n’avons pas reçu de plainte, de signalement ou de dénonciation officielle depuis la fin du mois de janvier 2019 en lien avec de possibles intoxications au GHB », ajoute Mme Stewart.

Avec la collaboration d'Audrey Paris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Éducation