•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'attente à Gatineau pour la vaccination contre la grippe

Certaines pharmacies de Gatineau font face à une pénurie de vaccin contre la grippe

Une femme qui tient un enfant dans ses bras.

Suzanne Henderson a expliqué que son fils Julien Pang, 3 ans, et son grand frère doivent attendre jusqu'en décembre pour se faire vacciner contre la grippe.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

Radio-Canada

Les pénuries de vaccins dans les pharmacies de Gatineau, au Québec, et dans les cliniques publiques de la province qui ne ciblent que certains groupes vulnérables, obligent les parents à attendre longtemps pour faire vacciner leurs enfants.

Suzanne Henderson, une infirmière qui travaille en Ontario et qui vit dans le secteur d’Aylmer à Gatineau, a débuté le mois dernier des démarches pour faire vacciner ses enfants.

Elle a pris rendez-vous dans un Centre local de services communautaires (CLSC), mais elle a essuyé un refus une fois sur place puisque ses enfants n'étaient pas admissibles, car ils étaient en bonne santé et âgés de plus de 24 mois. Un refus qui l'a surprise puisque selon elle, ses enfants avaient déjà été vaccinés dans des cliniques publiques.

Certaines pharmacies ne prennent plus de rendez-vous

En tant qu'employée dans le système de santé, Mme Henderson a pu elle-même bénéficier d'un vaccin gratuit au CLSC. Mais pour ses enfants, elle a dû appeler plusieurs pharmacies au début du mois de novembre. Elle a alors découvert que bon nombre de pharmacies étaient soit en rupture de stock soit qu'elles ne vaccinaient pas les enfants de moins de 6 ans, comme son fils de 4 ans.

Beaucoup de pharmacies sont en rupture de stock. Il y a une pénurie de vaccins en ce moment. J'ai finalement trouvé un endroit, mais ça a pris une heure et demie. C'était très frustrant et épeurant aussi parce que je ne veux pas que mes enfants aient la grippe cette année. J'ai vu la conséquence de la grippe sur les enfants et ce n'est pas le fun, a-t-elle témoigné.

Les pharmacies que CBC a contactées font face à des délais d'approvisionnement ou ont cessé de proposer des rendez-vous jusqu'à la fin de l'année.

Mme Henderson aimerait que les autorités de santé donnent davantage de conseils aux parents sur la façon de protéger leurs enfants.

En travaillant dans les services de santé, j'ai vu les effets que la grippe peut avoir sur le monde même s'ils sont en santé. Je trouve que c'est important aussi d'être vacciné quand on est en bonne santé pour protéger ceux qui ne sont pas en bonne santé et qui ont des maladies chroniques et qui ne peuvent pas recevoir le vaccin, a-t-elle avancé.

Le programme de vaccination québécois cible les personnes vulnérables

La médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de Santé publique au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, Dre Carol McConnery a déclaré que le programme de vaccination gratuite de la région offre suffisamment de produits à la population cible, mais qu’il ne vend jamais de vaccins.

Elle a indiqué qu'il y avait un peu de retard dans la livraison des vaccins pour le CISSS de l’Outaouais. « Fabriquer un vaccin contre l'influenza, c'est extrêmement complexe, cela prend 6 mois. Il y a eu des lots de production qui ont été retirés. La production a été plus lente », a-t-elle expliqué.

Le vaccin contre la grippe est gratuit et recommandé pour :

  • les personnes de 6 mois à 74 ans vivant avec une maladie chronique
  • les femmes enceintes en bonne santé
  • les personnes âgées de 75 ans et plus;
  • les proches qui habitent sous le même toit qu’un enfant de moins de 6 mois ou qu’une personne à risque élevé d'hospitalisation ou de décès;
  • les aidants naturels;
  • les travailleurs de la santé donnant des soins directs aux personnes à risque de complications


Source  : Centre intégré de santé et services sociaux de l'Outaouais

L'objectif du programme de vaccination du public au Québec est d'immuniser les personnes les plus susceptibles de faire face aux complications ou au décès si elles attrapent le virus saisonnier, plutôt que d'éliminer tous les cas possibles, a-t-elle expliqué.

Selon l'Agence de la santé publique du Canada, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique n'ont pas de financement public pour les vaccins universels contre la grippe, contrairement à tous les autres provinces et territoires.

Concernant l'efficacité du vaccin cette année, les données ne seront connues qu'en janvier ou en février, selon la Dre McConnery.

Pas de pénurie du côté d'Ottawa

En Ontario, la vaccination est universelle et offerte gratuitement à toute la population.

La gestionnaire du programme d'immunisation pour Santé publique Ottawa, Marie-Claude Turcotte, assure qu'il y a des vaccins pour tout le monde en Ontario, malgré certains retards dans la livraison des doses.

On a un stock plus bas qu'on voudrait, mais on en a quand même assez dans nos cliniques, il n'y a pas de problème, explique la gestionnaire.

Par contre, il y a rupture de stock pour le vaccin à forte dose, réservé pour les personnes de 65 ans et plus. En attendant, Mme Turcotte recommande à ces personnes de recevoir le vaccin régulier (quadrivalent).

Le vaccin quadrivalent est recommandé à ce point-ci pour les personnes de 65 ans et plus. Comme pour la population générale, ce qui est vraiment important c'est de se faire vacciner et de ne pas attendre pour un produit en particulier, explique Marie-Claude Turcotte.

Le vaccin pour les 65 ans et plus protège contre trois souches de la grippe et contient une concentration plus élevée en antigène. Santé publique Ottawa devrait recevoir davantage de doses au mois de décembre.

Avec les informations de Matthew Kupfer de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique