•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau a « caché » Guilbeault au Patrimoine

Le nouveau député de Laurier–Sainte-Marie aurait été plus utile à l'Environnement, estiment les écologistes.

M. Guilbeault devant une pancarte à son effigie.

Steven Guilbeault sera le prochain ministre du Patrimoine canadien, selon Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jérôme Labbé

La probable nomination de Steven Guilbeault à titre de ministre du Patrimoine canadien déçoit bon nombre d'écologistes, qui auraient préféré le voir accéder au poste de ministre de l'Environnement dans le gouvernement Trudeau.

Le premier ministre annoncera la formation de son Cabinet en début d'après-midi. Mais déjà, les environnementalistes sont nombreux à faire connaître leur mécontentement quant au sort réservé au nouveau député de Laurier–Sainte-Marie, élu sous la bannière libérale le 21 octobre dernier.

Steven Guilbeault, qui a toujours nié avoir demandé à être ministre de l'Environnement, obtiendra vraisemblablement un tout autre portefeuille, ce qui déplaît à Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec et l'Atlantique.

Nous, ce qui nous dérange, c'est que Steven n'a pas été placé à l'Environnement justement parce que c'est un écologiste, a-t-il confié mercredi matin à l'émission Tout un matin, sur ICI Première.

Le premier geste symbolique que ce gouvernement-là fait, c'est de cacher l'écologiste au Patrimoine parce qu'on a peur de déranger l'Alberta.

Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec et l'Atlantique

C'est ça qui nous dérange : cette idée-là que, pour apaiser l'Ouest du pays, on ne peut pas placer des gens compétents aux bons postes, alors qu'à l'inverse, s'il y avait quelqu'un du secteur de l'énergie, par exemple, on le placerait définitivement à l'Énergie, a-t-il poursuivi.

Si on n'est pas capable de placer des écologistes dans des postes névralgiques – parce qu'on aurait pu aussi l'envoyer à d'autres ministères connexes –, est-ce qu'on va être capable d'avoir le courage de poser les gestes décisifs lorsqu'on va devoir le faire ou est-ce qu'on va reculer justement pour être capable de satisfaire la Saskatchewan [et] l'Alberta?

M. Mayrand dans un studio de radio.

Karel Mayrand (archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

C'est un calcul politique froid et odieux, a renchéri sur Facebook André Bélisle, président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique. Sa candidature servait à préserver des votes libéraux au Québec en jouant la carte verte. Désolant, mais big oil and gas [sic] pèsent plus lourd dans la balance et la réalité d'un gouvernement minoritaire qui veut s'accrocher au pouvoir, c'est ça...

La confiance était déjà très mince envers le gouvernement, écrit pour sa part Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada. Le fait qu’il envoie Steven Guilbeault dans les estrades nous laisse malheureusement croire que le gouvernement risque de favoriser l’expansion de la production de pétrole des sables bitumineux et les pipelines.

En entrevue à La Presse canadienne, M. Bonin a cependant précisé qu'il espérait toujours que M. Guilbeault puisse, mercredi, se faire offrir un mandat spécial au-delà de son portefeuille au Patrimoine pour mettre à profit son expertise en matière d'environnement.

Il sourit. Il porte une chemise blanche et un veston bleu.

Luc Ferrandez sur le plateau de l'émission Tout le monde en parle.

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

L'ex-maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal Luc Ferrandez, qui a démissionné le printemps dernier en invoquant ses convictions écologistes et son incapacité à influencer les décisions prises à l'Hôtel de Ville de Montréal, a également eu des mots très durs envers le premier ministre Trudeau, qu'il a qualifié sur Facebook de petit calculateur sans envergure.

Finalement, il [Justin Trudeau] n'est jamais aussi authentique que lorsqu'il est déguisé.

Luc Ferrandez, ex-maire du Plateau-Mont-Royal

M. Ferrandez affirme par ailleurs qu'on lui a demandé 10 fois de se présenter contre Steven Guilbeault à l'élection fédérale dans Laurier–Sainte-Marie. Il aurait refusé, voyant dans la candidature de l'ancien porte-parole de Greenpeace au Québec un fond de légitimité à [sa] tentative de changer les choses de l'intérieur.

L'ex-maire du Plateau considère aujourd'hui que M. Guilbeault a été utilisé.

L'opposition tout aussi critique

En nommant Steven Guilbeault au Patrimoine plutôt qu'à l'Environnement, le gouvernement Trudeau envoie un signal positif aux pétrolières, estime pour sa part le chef adjoint du Parti vert, Daniel Green.

On envoie un message clair aux pollueurs du pays : "Relaxez! Guilbeault n'est pas aux commandes", a-t-il lancé en entrevue à La Presse canadienne.

M. Green a également tenu à partager son étonnement en ce qui a trait au choix de portefeuille qui sera bientôt confié au député de Laurier–Sainte-Marie.

Je connais Steven depuis 30 ans et il ne m'a jamais fait part de ses intérêts dans la culture, la musique, le théâtre, a noté celui qui a partagé le militantisme écologiste de M. Guilbeault avant de se joindre, lui aussi, à un parti politique.

M. Latulippe s'adresse à la presse aux côtés de son chef, devant une voiture de métro.

Hugo Latulippe a fait campagne pour le NPD lors des dernières élections.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Même son de cloche de la part du documentariste Hugo Latulippe, un ami de longue date de Steven Guilbeault, qui a échoué à se faire élire pour le NPD dans la circonscription de Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup aux dernières élections.

Les 180 000 artistes et travailleur-euses de la culture du Québec, les associations, les institutions, les coalitions, les syndicats unanimement mobilisés pour sauver la culture nationale au travers l'ouragan numérique, se trouveront à devoir expliquer "l'écosystème" des arts et de la culture à un troisième titulaire néophyte en quatre ans, a-t-il déploré sur Facebook mardi.

Selon nos informations, c'est plutôt Jonathan Wilkinson qui sera nommé cet après-midi ministre de l'Environnement dans le gouvernement Trudeau.

M. Wilkinson représente la circonscription de North Vancouver, mais il est né à Sault Ste. Marie, en Ontario, et a grandi à Saskatoon. La Saskatchewan n'a élu aucun député libéral lors de l'élection du 21 octobre.

Avant de se lancer en politique, M. Wilkinson a œuvré pendant 20 ans dans le secteur privé au sein de sociétés spécialisées dans les technologies vertes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique