•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tiers des clients des banques alimentaires au Nouveau-Brunswick sont des enfants

Une fillette joue à un jeu dans une garderie.

Selon les données les plus récentes, le taux moyen de pauvreté chez les enfants au Canada est de 17,4 %.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au Nouveau-Brunswick, un enfant sur quatre vit toujours dans la pauvreté et les enfants représentent environ le tiers des personnes qui dépendent des banques alimentaires pour se nourrir.

Malgré certaines mesures adoptées pour lutter contre la pauvreté, de nombreux ménages peinent à joindre les deux bouts au Nouveau-Brunswick.

Selon le Bilan-Faim 2019 de Banques alimentaires Canada , 20 627 Néo-Brunswickois ont fréquenté une banque alimentaire en 2018. En 2019, ils étaient 22 625, soit près de 2000 de plus.

Au Vestiaire Saint-Joseph de Shediac, qui gère une banque alimentaire, 600 citoyens du comté de Kent viennent s'approvisionner tous les mois en nourriture.

Une banque alimentaire.

Au Vestiaire Saint-Joseph de Shediac, les aliments sont distribués selon le nombre de membres à nourrir dans la famille. Les personnes seules reçoivent moins de nourriture que les familles avec des enfants.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Parmi eux, il y une centaine de familles, dont 66 qui sont des familles monoparentales.

C'est qu'il y a des situations dans toutes les familles, des situations comme des pertes d'emploi, séparation, divorce, qui [créent une] urgence, explique le président du Vestiaire, Judson Cassidy.

Judson Cassidy.

Judson Cassidy, président du Vestiaire St-Joseph, qui gère la Banque alimentaire de Shediac.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

C'est certain que ça va rester un gros défi pour beaucoup de gens qui vivent dans la province, à pouvoir survivre, puis ça vient au fait qu'ils n'ont pas assez de revenus pour pouvoir se nourrir ou nourrir leur famille, rapporte Chantal Sénécal, directrice de Food Depot Alimentaire, un organisme de Moncton qui redistribue de la nourriture aux banques alimentaires du sud-est de la province. À l'échelle du Nouveau-Brunswick, il y a une soixantaine de banques alimentaires.

Quelque 35 % des ménages au Nouveau-Brunswick ne paient pas d'impôt parce que leurs revenus sont trop peu élevés.

Chantal Sénécal, directrice de Food Depot Alimentaire.

Chantal Sénécal, directrice de Food Depot Alimentaire, affirme que les faibles revenus poussent de nombreux Néo-Brunswickois vers les banques alimentaires.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

L'effet pervers des banques alimentaires

Bien qu'elles répondent aux besoins des plus vulnérables, leur contribution peut aussi être un couteau à double tranchant, souligne le défenseur des causes sociales, Claude Snow.

Un système parallèle comme les banques alimentaires, il n'y a plus de recours, c'est arbitraire. Parce que la banque alimentaire décide à qui elle va donner et combien elle va donner, conclut M. Snow.

Claude Snow

Claude Snow, défenseur ds causes sociales, estime que les banques alimentaires sont un « couteau à double tranchant ».

Photo : Gracieuseté

Avec les renseignements de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !