•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ex-conseillers de Saint-Augustin abandonnent leur poursuite

L’hôtel de ville de Saint-Augustin-de-Desmaures

L’hôtel de ville de Saint-Augustin-de-Desmaures

Photo : Radio-Canada / Louis Gagné

Radio-Canada

Les ex-conseillers municipaux de Saint-Augustin-de-Desmaures abandonnent leur poursuite contre la Ville pour des raisons financières, jugeant que les démarches devant la Cour supérieure auraient été trop coûteuses.

France Hamel, Denis Côté, Louis Potvin et Lise Lortie cherchaient à récupérer environ 56 000 $ perçus à même leur paie entre 2016 et 2017. Les anciens élus municipaux prétendaient que ces sommes avaient été retenues illégalement.

Or, le maire Sylvain Juneau plaidait pour sa part que les anciens conseillers avaient été rémunérés pour siéger à des comités qui n'existaient pas ou qui n'étaient pas conformes à la loi.

Ces rémunérations dataient de l'époque du maire Marcel Corriveau qui a été en poste de 2005 à 2015.

Le maire Juneau avait dénoncé la situation lors de son entrée en fonction en 2015 après avoir constaté des irrégularités dans l'administration municipale.

En 2016, le ministère des Affaires municipales a donné raison au maire Sylvain Juneau qui jugeait que les élus avaient reçu des primes injustifiées.

La Ville a donc récupéré ces trop perçus a même la paie des élus.

En septembre, la Cour des petites créances a refusé d'entendre la cause des anciens conseillers et l'a transférée devant la Cour supérieure.

En abandonnant les procédures, les conseillers veulent mettre un point final à cette histoire, explique l'ex-conseillère France Hamel.

C'est certain que si on s'est rendus jusque-là c'est parce qu'on croyait sincèrement qu'on avait une raison de se rendre là et qu'on a pas agit illégalement tel que le maire Juneau l'a toujours dit, précise l'ancienne élue qui ne souhaite pas revenir sur le fond de l'histoire.

C'est la fin entrevue et souhaitée dès le départ, conclut le maire Juneau, je n'ai jamais cru que ces gens-là avaient une cause.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale