•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions partagées au discours du Trône du gouvernement Higgs

Le premier ministre Blaine Higgs écoute attentivement le discours du Trône.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Jessica Savoie

Plusieurs organismes acadiens ont réagi positivement au très attendu discours du Trône livré à Fredericton au Nouveau-Brunswick, mardi. Ces organismes se réjouissent notamment de l'appui du gouvernement minoritaire de Blaine Higgs à certaines questions linguistiques, économiques et municipales. D'autres organismes dénoncent pour leur part l'absence de mesures par rapport à l'égalité des genres.

La Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) accueille avec optimisme plusieurs des initiatives proposées par le gouvernement, notamment en matière d’accès à l’immersion française, à l’immigration francophone et à la protection environnementale.

Le président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Robert Melanson, pose pour une photo.

Le président de la SANB, Robert Melanson

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Questions linguistiques

Selon la SANB, plusieurs de ses revendications trouvent leur écho dans le discours qui a été présenté à l'Assemblée, dont :

  • les questions de bilinguisme et de l'immersion en français;
  • l'immigration francophone;
  • les initiatives gouvernementales en matière d'environnement;
  • la gouvernance municipale au Nouveau-Brunswick.

Il est clair en prenant connaissance des priorités énoncées dans le discours du Trône que le gouvernement Higgs cherche à tendre la main aux membres des partis de l’opposition à bien des égards, affirme Robert Melanson, président de la SANB.

Réforme de la gouvernance locale

L'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) applaudit elle aussi les promesses du gouvernement conservateur.

Luc Desjardins à la sortie du huis-clôt budgétaire

Luc Desjardins, maire de Petit-Rocher et président de l'AFMNB.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

L’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick exprime son enthousiasme face à l’intention du gouvernement Higgs de collaborer à une réforme de la gouvernance locale et fiscale municipale annoncée lors du discours du Trône, souligne l'organisme.

Pour l’Association, c’est une excellente nouvelle. Nous revendiquons, depuis de nombreuses années, pour une réforme fiscale municipale en profondeur, indique Luc Desjardins, président de l’AFMNB et maire du village de Petit-Rocher.

Dynamisme du secteur privé

Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) voit aussi d'un bon œil le discours du Trône.

Clairement, le gouvernement provincial considère que la dynamisation du secteur privé est une priorité puisqu’elle occupe une part importante dans le récent discours du Trône, indique la présidente du CÉNB, Marie Chamberland.

Marie Chamberland, Présidente du Conseil économique du N.-B.

Marie Chamberland

Photo : CENB

Pas que des heureux

Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB) voit pour sa part le discours du gouvernement Higgs comme alarmant. Il croit que les enjeux proposés ne répondent pas aux réalités et aux besoins des femmes et des minorités de genres.

Dans le discours, il est stipulé que le Nouveau-Brunswick a reçu une note de « C- » par rapport aux formalités administratives de ses compagnies. Pour ce qui est d’égalité entre les genres, force est de constater que la province est présentement à risque d’échec, rapporte le Regroupement.

La directrice générale du RFNB, Nelly Dennene

La directrice générale du RFNB, Nelly Dennene

Photo : Radio-Canada

L'organisme aimerait que le gouvernement prenne au sérieux les questions de genre, d'identité, d'ethnicité, de lieu de résidence et de la langue lors du développement des politiques publiques.

La Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick suit le même fil de pensées que le RFNB : la place des femmes et des minorités n'a pas été suffisamment abordée mardi.

Johanne Perron

Johanne Perron, directrice générale de la Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick, estime qu'il y a encore des progrès à faire en la matière dans la province.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lehouillier

Le discours n'a révélé aucune mesure concrète pour résoudre la crise du recrutement et de rétention dans le secteur des soins et n'a pas fait mention de l'équité salariale, affirme Frances LeBlanc, présidente de la Coalition.

Si le gouvernement veut vraiment améliorer l'accès à l'éducation à la petite enfance et aux soins de longue durée, il doit commencer par améliorer les salaires dans ces secteurs, ajoute-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale