•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations à Hong Kong : l'Université McGill a contacté ses étudiants en échange

Un contestataire lance un cocktail Molotov.

Des manifestants antigouvernementaux lancent des cocktails Molotov en direction des forces de l'ordre, à l'extérieur de l'Université polytechnique de Hong Kong.

Photo : Reuters / Athit Perawongmetha

Radio-Canada

L'Université McGill a annoncé avoir pris contact avec l'ensemble de ses étudiants se trouvant actuellement à Hong Kong, dans la foulée des violentes manifestations ayant lieu sur le territoire de l'ancienne colonie britannique.

L'établissement montréalais compte ainsi 22 étudiants en échange à l'Université polytechnique de Hong Kong, le campus se trouvant au cœur d'un important siège de la part des forces policières.

Nous avons joint tous nos étudiants, et la plupart vont quitter Hong Kong. Plusieurs rentrent dans leur pays natal ou voyageront à l'étranger, a mentionné mardi la porte-parole Cynthia Lee dans un courriel.

Nous maintenons la communication avec nos étudiants. En raison de la situation actuelle, la santé et la sécurité de nos étudiants sont notre principale priorité.

Dans la foulée de la multiplication des cas de violence à Hong Kong, d'autres universités canadiennes ont également posé des gestes pour s'assurer que leurs étudiants sont en sécurité.

L'Université de la Colombie-Britannique, l'Université Simon Fraser (près de Vancouver), l'Université Queen et l'Université de Toronto (toutes deux en Ontario) ont mentionné qu'elles offraient à leurs étudiants la possibilité de quitter la ville.

À Montréal, l'autre université anglophone, Concordia, a précisé ne pas avoir actuellement d'étudiants en échange à Hong Kong.

Les manifestations prodémocratie sont en cours depuis juin, mais ces dernières semaines, les heurts entre protestataires et membres des forces de l'ordre se sont étendus aux campus universitaires, poussant les établissements scolaires des cycles supérieurs à suspendre les cours tôt dans la journée pour tenter de réduire les violences.

Chez Affaires mondiales Canada, on affirme « surveiller étroitement la situation à l'Université polytechnique de Hong Kong, dans la foulée des manifestations et violences récentes ».

« Affaires mondiales Canada est au fait que des Canadiens sont touchés par cette situation et leur offre des services consulaires, à eux et à leur famille », indique encore le communiqué publié par le ministère fédéral.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique internationale