•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec lance une réflexion gouvernementale sur les « minéraux critiques et stratégiques »

Des membres de la coalition, de Québec solidaire et du Parti québécois se tiennent derrière le lutrin à l'Assemblée nationale.

La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Québec solidaire et le Parti québécois ont réagi à la sortie du ministre de l'Énergie et des ressources naturelles.

Photo : Archives des travaux et des activités parlementaires, Assemblée nationale du Québec

Radio-Canada

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a profité de l’ouverture du 40e Congrès Québec Mines pour annoncer le lancement d’une réflexion « sur la place du Québec dans la mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques ». Une coalition de partis de l’opposition et de groupes de défense de l’environnement a rapidement réagi pour demander au gouvernement de ne pas « refaire les erreurs du passé ».

Le ministre prévoit notamment rencontrer des représentants de l’industrie, de la recherche et du secteur environnemental. Ces rencontres auront lieu en décembre et en janvier dans plusieurs régions du Québec.

Les citoyens pourront aussi faire part de leurs réflexions sur cet enjeu par l’entremise d’un questionnaire disponible sur le site internet du ministère de l’Énergie. Ils ont jusqu’au 7 février prochain pour faire part de leurs commentaires.

Nous échangerons avec les partenaires et le milieu, afin que les acteurs impliqués puissent contribuer aux orientations gouvernementales, dans une perspective de création de richesse et d'emplois de qualité dans toutes les régions du Québec.

Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

À l'ère des nouvelles technologies et de la transition énergétique, la mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques est un important enjeu non seulement économique, mais aussi géopolitique, a fait savoir le ministre Jonatan Julien par voie de communiqué.

Les minéraux « critiques et stratégiques » sont notamment utilisés notamment pour la fabrication de batteries.

Une coalition demande cinq « conditions »

La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Québec solidaire et le Parti québécois, ainsi que des citoyens et élus municipaux ont réagi à la sortie du ministre lors d’un point de presse tenu à l’Assemblée nationale.

La coalition propose cinq conditions pour s’assurer que l’extraction des métaux précieux s’effectue dans le respect de l’environnement et des citoyens.

Elle réclament notamment que :

  • Les municipalités aient un réel pouvoir décision sur le choix d’aménagement du territoire
  • Toute nouvelle mine soit assujettie au Bureau d’audiences publiques l’environnement (BAPE)
  • Les minières donnent des garanties financières substantielles en cas d’accident.
  • Revoir les critères d’investissement des institutions financières au Québec
  • Nettoyer le passif environnemental des mines

Selon la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, cette transition énergétique doit s’accompagner d’une limitation de la croissance économique.

Le gouvernement ne doit pas laisser la main invisible lui dicter les règles du jeu.

Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda-Témiscaimingue

Elle a notamment fait état lors de son allocution d’un rapport de la Banque mondiale qui mentionnerait qu’il serait nécessaire d’exploiter 1000 % plus de métaux précieux pour limiter l’augmentation de la température.

« Ce scénario est celui ou on ne limite pas la croissance économique et qu’on continue la business as usual », a-t-elle précisé.

Si on ne change pas le modèle, ça veut dire potentiellement 1000 fois plus d’impact sur l’environnement, a-t-elle déploré.

L’Association minière salue la démarche

L’Association minière du Québec (AMQ) a salué cette démarche. Par voie de communiqué, elle déclare que le Québec doit rapidement emboîter le pas afin de devenir un leader mondial en la matière.

Bien que le Québec possède les réserves et les atouts pour mettre en valeur les nouvelles filières stratégiques comme celles du lithium, du graphite et des terres rares, les difficultés liées au financement de certains projets ralentissent leur développement, mentionne la présidente-directrice générale de l’AMQ, Josée Méthot, par voie de communiqué.

Invitation à ne pas « refaire les erreurs du passé »

La coalition invite le gouvernement à ne pas « refaire les erreurs du passé », faisant notamment référence aux sites miniers abandonnés.

Il y a une occasion unique de faire les choses différemment au Québec, a déclaré le député Sylvain Gaudreault du Parti Québécois. J’ai une formation d’historien, mais il y a une limite à s’inspirer du passé.

240D5A1C-E642-4821-A723-4500940FFD96

Sylvain Gaudreault, député de jonquiere porte parole Parti québécois en environnement.

Photo : Radio-Canada / Andre-Pier Berube

Le porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe, s’est quant à lui dit déçu par le manque de considération sociale et environnementale qui ont été énumérées ce matin dans le document de consultation du ministre et du gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Métaux et minerais