•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compostage : la régie intermunicipale se fait attendre dans la Baie-des-Chaleurs

Sur une table en bois, un sac de plastique vert est rempli de résidus alimentaires.

Les citoyens de la Baie-des-Chaleurs devront s'armer de patience avant l'arrivée des bacs bruns.

Photo : iStock / YinYang

Isabelle Larose

La régie intermunicipale qui doit piloter l'implantation du compostage dans la Baie-des-Chaleurs n'est toujours pas créée officiellement, après plus d’un an de discussions, ce qui compromet l’accès à une aide financière.

Les MRC d'Avignon et de Bonaventure ont entamé des pourparlers en octobre 2018 pour s'unir dans le dossier, mais des délais administratifs ont retardé la mise en place officielle de la régie.

Il y a eu, explique le préfet de la MRC d’Avignon, Mathieu Lapointe, des changements au niveau de mairies ou des directions générales de certaines municipalités ce qui fait que certaines résolutions doivent être refaites pour avoir les bons signataires, avant d’envoyer la documentation au ministère des Affaires municipales.

Le décret ministériel de constitution de la régie est nécessaire avant la mise en place du conseil d’administration.

Sur le bord d'un mur, on peut voir alignés bac brun, bac bleu et bac noir pour les ordures.

Les citoyens de Gaspé ont accès à un système de compostage public depuis l'été 2018.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Ces retards font en sorte que la régie intermunicipale ne pourra vraisemblablement pas déposer à temps une demande de subvention gouvernementale pour l'implantation d'une plateforme de compostage qui vient à terme le 31 décembre 2019.

Je ne pense pas qu’on va pouvoir, admet Mathieu Lapointe, mais on est confiant que les délais seront prolongés parce qu’il y a des centaines de municipalités au Québec qui sont dans cette situation-là.

En 2015, Québec a repoussé le compostage de 100 % des matières organiques de 2020 à 2022.

Une régie sans Saint-Alphonse

À l’heure actuelle, 23 des 24 municipalités des MRC d’Avignon et de Bonaventure font partie de l'entente de création de la régie.

La Municipalité de Saint-Alphonse, la seule à ne pas avoir signé l'entente intermunicipale, prévoit rejoindre la régie une fois qu'elle sera officiellement créée.

La municipalité de St-Alphonse

La municipalité de Saint-Alphonse compte adhérer à la régie intermunicipale de compostage ultérieurement.

Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

Comme Saint-Alphonse est propriétaire du lieu d’enfouissement technique, qui fait lui-même l’objet d’une autre entente intermunicipale, la Municipalité a préféré retarder son adhésion pour éviter des imbroglios légaux, tel que conseillé par un avocat.

Des négociations pour transférer la gestion ou la propriété du LET à la nouvelle régie qui pourrait étendre son leadership aux déchets destinés à l’enfouissement sont à l’ordre du jour du futur conseil d’administration.

« Du compostage de rattrapage »

Le préfet de la MRC de Bonaventure, Éric Dubé, ne s’en cache pas, la Baie-des-Chaleurs est loin d’être un précurseur dans le domaine du compostage, contrairement à la MRC du Rocher-Percé qui a un système fonctionnel depuis 2012.

L’ancien conseil des maires avait une réalité différente, croit M. Dubé. Les élus ne considéraient pas le dossier comme prioritaire.

On a pris le virage depuis un an pour mettre ça en place, mais oui, on fait du compostage de rattrapage.

Éric Dubé, préfet de la MRC de Bonaventure
Une résidente de Gaspé s'apprête à transférer son compostage de son petit bac de cuisine vers le brun à l'extérieur.

Les citoyens de Gaspé et de la MRC du Rocher-Percé ont déjà accès à des bacs bruns.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Éric Dubé, qui croyait récemment à l’arrivée du bac brun en 2020, estime maintenant que le système de compostage public ne sera pas en place avant 2021. Il précise qu’un partenariat public-privé pourrait être possible. Ça pourrait aller plus vite qu'on pense, croit-il.

Exploitation Jaffa, qui souhaite aussi construire une plateforme de compostage pour répondre aux besoins de ses clients privés, a déjà mis en branle des démarches de financement, dans l’optique où une entente public-privé se concrétiserait.

Un gros amas de compost sur un terrain plat entouré d'arbres.

Une plateforme de compostage québécoise (archives)

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Une système centralisé?

Alors que différents scénarios sont encore sur la table, le porte-parole d’Environnement Vert-Plus espère que la future régie intermunicipale ne mettra pas en place une plateforme de compostage unique et centralisée qui nécessite le transport des matières sur de longues distances.

On aimerait que la solution ne soit pas mur à mur, explique Pascal Bergeron, que ça ne soit pas des camions de transport de compost qui s’ajoutent à ceux des poubelles. Le compostage se fait très bien à l’échelle locale.

Pencher tout de suite vers une solution de camionnage, ça fait en sorte qu’on se piège dans un autre cycle d’émission de gaz à effet de serre dont on doit penser à se débarrasser dès maintenant.

Pascal Bergeron, porte-parole d’Environnement Vert-Plus
Un camion de collecte d'ordures dans une rue avec des poubelles de recyclage et de compost.

Environnement Vert-Plus espère que le compostage ne serait pas synonyme de transport accru.

Photo : Radio-Canada / Roger Dubois/CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Matières résiduelles