•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il existe bel et bien des geysers de vapeur d’eau sur Europe

Le reportage de Normand Grondin

Photo :  SOUTHWEST RESEARCH INSTITUT/LORENZ ROTH

Radio-Canada
Mis à jour le 

Des geysers de vapeur d’eau ont été observés directement pour la première fois sur Europe, l’une des 79 lunes de Jupiter.

Grâce au spectroscope installé à l’observatoire W. M. Keck à Hawaï, le planétologue Lucas Paganini et de ses collègues de la NASA ont détecté un signal faible, mais bien réel, de la présence de la vapeur d'eau qui s’échappe de la surface d’Europe.

Ils n'y sont parvenus qu’une seule fois au cours de 17 nuits d’observation entre 2016 et 2017.

Impression artistique de jets à la surface d'Europe.

Impression artistique de jets à la surface d'Europe

Photo : Nasa/Esa/K. Retherford/SWR

L'astre rejoindrait le petit club des lunes connues pour abriter des panaches actifs, telles que Triton de Neptune et Encelade de Saturne.

De précédentes observations réalisées par la sonde Galileo et le télescope spatial Hubble de la NASA laissaient à penser que des jets de vapeur d'eau pouvant atteindre les 200 kilomètres d’altitude jaillissent par intermittence de sa surface.

Les présents travaux confirment leur existence par observations directes.

Bien que nous n’ayons pas encore détecté d’eau liquide directement, nous avons trouvé la deuxième des meilleures choses : de l’eau sous forme de vapeur.

Lucas Paganini

Ainsi, l’équipe de recherche a réussi à détecter la présence de molécules d’eau grâce aux fréquences spécifiques de lumière infrarouge qu’elles émettent lorsqu’elles interagissent avec le rayonnement solaire.

Il y a 40 ans, les sondes Voyager avaient capté les premières images en gros plan d'Europe, qui révélaient des fissures brunâtres tranchant la surface glacée de la lune, qui donnent à Europa l'aspect d'un globe oculaire veiné.

Europe.

La surface d'Europe

Photo : NASA

Sous la surface

Depuis plusieurs années, les scientifiques estiment qu'un vaste océan d'eau liquide se trouve sous la croûte glacée de cette lune, un milieu qui pourrait être propice à l'existence de vie.

Les panaches d'eau pourraient nous informer sur la composition des océans emprisonnés. En effet, si les jets s'alimentent dans une étendue d'eau cachée, ils pourraient transporter à la surface des éléments qui la composent.

Des sondes placées en orbite autour de cette lune pourraient tôt ou tard en analyser des échantillons, peut-être y trouver de la matière organique et, qui sait, des preuves de l'existence d'organismes vivants extra-terrestres.

De futures missions robotisées pourraient aussi tenter de détecter des formes de vie directement dans les océans.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Astronomy (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Astronomie

Science