•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ni classement ni citation patrimoniale pour l'église Saint-Jérôme

Une grosse affiche « À Vendre » avec un numéro de téléphone est collée sur la porte de l'église, qui est entourée d'une clôture.

L'église Saint-Jérôme, à Matane, est à vendre depuis un moment déjà (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Joane Bérubé

Matane ne citera pas l’église Saint-Jérôme comme bien patrimonial, comme le lui demandait le Comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme.

Le comité demandait à la Ville de s’inspirer de Sainte-Adèle, où les élus ont cité leur église « immeuble patrimonial » afin d’en protéger le revêtement extérieur, le toit, les vitraux, les tours, le clocher et les fenêtres.

Le maire estime qu’elle est inutile. Ç’a plus ou moins de valeur. Ça n’a aucune entrave sur le projet d’un promoteur sur le lieu.

Il revient toutefois, selon les dispositions sur la citation d’un immeuble patrimonial du ministère des Affaires municipales et de l’habitation, aux municipalités de déterminer les conditions qui auront pour objectif d’aider à la conservation de l’immeuble ou du site en question.

Les élus n’entreprendront pas des démarches pour que l’église soit classée comme bien patrimonial auprès du ministère de la Culture et des Communications.

L'église Saint-Jérôme, à Matane.

L'église Saint-Jérôme, à Matane, est considérée comme bâtiment excédentaire par la Fabrique Coeur-Immaculé-de-Marie. Un comité a été mis sur pied afin de sauvegarder le bâtiment.

Photo : Radio-Canada / Claude Côté

Le maire de Matane, Jérôme Landry, craint que les contraintes imposées par une classification augmentent les coûts d’une éventuelle reconversion du bâtiment. Ça peut être intéressant de mettre en valeur l’aspect architectural d’un bâtiment, mais ça peut refroidir beaucoup de promoteurs. Ça pourrait faire exploser les coûts de projet. Ça pourrait anéantir toutes initiatives au niveau de l’église.

Le maire se dit très conscient de l’importance de l’immeuble situé à l’entrée du centre-ville. Il salue le travail du comité de sauvegarde et indique que les élus surveillent toutes les initiatives entreprises par d’autres municipalités ou communautés.

Par ailleurs, les démarches judiciaires se poursuivent entre la Ville de Matane et la Fabrique Coeur-Immaculé-de-Marie sur la hauteur de la clôture qui entoure l’église. La Ville a récemment refusé la demande de dérogation mineure déposée par la Fabrique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Architecture