•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Winnipeg, Sauvons Notre Seine risque de perdre sa subvention municipale

Une rivière dans un paysage automnal.

La rivière Seine, dans Saint-Boniface, en automne.

Photo : Radio-Canada / Sylviane Lanthier

Mohamed-Amin Kehel

Sauvons notre Seine (SOS), l'organisme chargé de nettoyer la rivière Seine à l’est de Winnipeg, pourrait ne plus être subventionné par la Ville à l’issue du prochain budget. Le service municipal des eaux et des déchets a proposé dans un rapport, publié le 14 novembre, de mettre fin à cette aide de 30 000 $.

C’est dans un petit encadré figurant dans un rapport de 71 pages que les membres de SOS ont appris la nouvelle.

Dans ce document détaillant les orientations budgétaires de l’année à venir, le Service des eaux et des déchets préconise de cesser de financer plusieurs associations, dont l’organisme de protection de la rivière Seine.

Pour le président sortant de cet organisme, Denis Gautron, cette décision est un pas de géant en arrière qui met en péril l’avenir de l’association.

Sans ces 30 000 $, il affirme que SOS perdra son équipe et surtout sa coordinatrice, qui planifie les différentes actions. Il donne l’exemple d’un camp de nettoyage de la rivière destiné aux jeunes, qui ne peut se tenir sans l'appui financier de Winnipeg.

L’année qui vient sera le 30e anniversaire de notre association. Si nous perdons cet octroi, nous ne voyons pas comment nous allons trouver suffisamment de bénévoles. Alors ce sera certainement la dernière année.

Denis Gautron, président sortant de Sauvons notre Seine

Le conseiller du quartier de Saint-Vital, Brian Mayes, a conscience des difficultés budgétaires de la Ville, mais il espère pouvoir lui faire changer cette idée.

Brian Mayes sourit au photographe, dans un bureau.

Brian Mayes, le conseiller de Saint-Vital, estime important d'apporter un appui financier à Sauvons notre Seine.

Photo : Radio-Canada / Mohamed-Amin Kehel

C’est lui qui est à l’origine du financement municipal de Sauvons notre Seine, il y a cinq ans. Depuis 2013, l’association a touché 208 000 $ de subventions pour les activités de nettoyage des rives de la Seine.

Je suis très fier de cet octroi. C’est important de continuer ce travail. La Seine est une rivière importante pour le sud-est de Winnipeg. Elle l’est pour moi et elle l’est pour les citoyens.

Brian Mayes, conseiller municipal de Saint-Vital

Un retour sur investissement

L’association affirme que les 30 000 $ qu’elle reçoit sont largement amortis par les actions réalisées chaque année. Denis Gautron estime ainsi que SOS permet à la Ville de sauver trois ou quatre fois ce montant.

Selon lui, ce retour sur investissement s’effectue grâce au nettoyage de la rivière que l’organisme fait bénévolement, ou encore dans le ramassage des arbres brisés comme lors de la dernière tempête.

De son côté, la Ville de Winnipeg rappelle que cette idée n’est aujourd’hui qu’à l’état de proposition. Le conseil municipal aura le dernier mot lors du vote du budget.

En attendant, Denis Gautron et son association comptent bien influencer la décision des conseillers municipaux. Ils feront entendre leur voix le 25 novembre prochain, lors d’une réunion publique du comité des eaux et des déchets. Objectif : éviter à Sauvons notre Seine de couler définitivement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique municipale