•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le quotidien gratuit StarMetro cessera d'être publié dans 5 villes canadiennes

Une boîte des journaux gratuits StarMetro à Toronto

Une boîte à journaux gratuits StarMetro à Toronto

Photo : La Presse canadienne / Doug Ives

Sophie Hautcoeur

Les cinq éditions du quotidien gratuit qui est distribué à Toronto, Vancouver, Edmonton, Calgary et Halifax seront imprimées pour la dernière fois le 20 décembre prochain.

Le porte-parole de Torstar, Bob Hepburn, la compagnie propriétaire du Toronto Star et de MetroStar, indique par courriel qu'environ 70 employés « sont touchés » à travers le pays.

Selon La Presse canadienne, qui a obtenu un mémo interne du président de Torstar, John Boynton, ce sont 73 employés exactement qui seront licenciés.

Bob Hepburn précise que ces employés font partie de la rédaction ainsi que des services de la publicité et de la distribution.

Il explique que la diminution des revenus publicitaires des publications papier a joué dans cette décision.

Nous serons uniquement sur le numérique en dehors de l'Ontario, car de plus en plus de nos lecteurs utilisent leurs cellulaires, ordinateurs portables et tablettes pour accéder à leurs nouvelles lorsqu'ils se rendent au travail.

Bob Hepburn, porte-parole de Torstar

En avril 2018, Torstar avait décidé de relancer ses cinq quotidiens gratuits Metro et d'améliorer son offre numérique. L'éditeur avait alors rebaptisé le journal StarMetro et embauché 20 nouveaux journalistes.

Dans le mémo aux employés, l'éditeur a aussi annoncé son intention d'ouvrir de nouveaux bureaux du Star au cours des prochaines semaines à Vancouver, Edmonton, Calgary et Halifax. Ces bureaux seront composés de journalistes du Star qui couvriront l'actualité locale.

La présidente de l'Association canadienne des journalistes, Karyn Pugliese, dit par voie de communiqué que Torstar appelle sa prochaine étape vers le numérique uniquement une "expansion nationale", mais la vérité est que c'est juste un autre chapitre dans la réduction de la couverture locale.

D'autres licenciements

Dans un communiqué, le syndicat Unifor qui représente des journalistes et travailleurs des médias affirme que Torstar compte également licencier des employés dans d'autres journaux du sud de l'Ontario, sans préciser lesquels, portant le nombre total des pertes d'emploi au sein de l'entreprise à 121, dont une majorité de journalistes.

Le syndicat précise que parmi les 73 emplois perdus à StarMetro, 30 sont des postes de journalistes et 11 d'entre eux seront transférés au Toronto Star. Afin d’éviter d’autres licenciements, l’entreprise a exprimé son désir de proposer un plan de départ volontaire à ses rédactions des quotidiens de l’Ontario.

C'est un nombre impressionnant de mises à pied. La situation financière des nouvelles locales va de mal en pis. Moins de journalistes signifie moins de couverture de l'information.

Jerry Dias, président d'Unifor

Unifor demande au gouvernement fédéral d'intervenir immédiatement en imposant la taxe Google sur les géants du web, comme les libéraux l'ont promis pendant la campagne électorale afin de sauver les journaux locaux.

Nous en sommes maintenant au point où le nouveau crédit d'impôt fédéral pour la main d'oeuvre en presse écrite ne couvrira même pas une année de baisse des revenus publicitaires, dit Jerry Dias, le président d'Unifor.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médias

Société