•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cochrane, future capitale de l'ours polaire? 

Dylan McCart et Félix Labrosse posent devant l'Habitat de l'Ours polaire.

Le coordonnateur de la conservation de l'Habitat de l'ours polaire, Dylan McCart, en compagnie de l'intervenant en comportement animal Félix Labrosse.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Radio-Canada

L'Habitat de l'Ours polaire de Cochrane fait les manchettes depuis quelques semaines, car la Municipalité nord-ontarienne songe à le fermer. Malgré cela, le conseil d'administration a des idées de grandeur pour le centre qui est plus qu'un attrait touristique pour la région, mais aussi un lieu important pour la recherche sur ces animaux nordiques.

Le président du conseil d’administration du centre, Jean-Paul Bradette, veut le renommer l’Habitat canadien de l’Ours polaire. Il souhaite également que la Municipalité de Cochrane devienne synonyme d'ours polaire, comme Churchill, dans le nord du Manitoba.

Churchil a une renommée mondiale à cause de son centre de recherche qui a beaucoup, c’est ce qu’on a en tête pour Cochrane. C’est de construire un mini-Churchill pour le bien-être de l’ours polaire.

Jean-Paul Bradette, président du conseil d'administration de l'Habitat de l'Ours polaire

L'Habitat de l'Ours polaire de Cochrane est le seul établissement au monde entièrement dévoué aux ours polaires.

Il héberge en ce moment deux ours de l'Aquarium de Québec, pendant des travaux de rénovation de leur enclos, en plus des pensionnaires permanents.

Des ours se chamailent dans l'enclos.

Des ours se chamailent dans l'enclos.

Photo : Habitat de l'ours polaire

Un lac de poissons, plus de 9 hectares, ou 23 acres, de terrain à explorer, un climat nordique et le même environnement dans lequel les ours polaires vivent à l'état sauvage offrent de nombreuses possibilités de recherche aux scientifiques.

L'Habitat, qui a ouvert ses portes en 2004, se concentre sur la recherche et l'éducation, explique Dylan McCart, le coordonnateur de la conservation.

Dylan McCart près d'un ours polaire dans une cage.

Dylan McCart étudie les ours polaires depuis plus de 9 ans.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

L’Habitat de l’ours polaire a contribué à une douzaine de recherches d’une durée de 28 jours à 4 ans qui vont de l’analyse des comportements, l’analyse des selles, à l’alimentation des ours polaires.

Darren McCart, coordonnateur de la conservation de l'Habitat de l'Ours polaire

Selon M. McCart, neuf de ces études ont eu lieu dans les trois dernières années.

Un homme regarde les caméras de surveillance.

Félix Labrosse peut voir en temps réels les moindres mouvements des ours polaires sur les caméras de surveillance. Le jeune homme note les comportements de l'animal toutes les 20 minutes.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Afin de mieux faire connaître le travail des scientifiques qui travaille dans l’ombre, l’Habitat de l’Ours polaire ouvrira ses portes gratuitement au public du 21 au 23 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Faune et flore