•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cabinet Trudeau : Champagne aux Affaires étrangères, Wilkinson à l’Environnement

François-Philippe Champagne.

François-Philippe Champagne sera responsable de la diplomatie canadienne, notamment des relations tendues avec la Chine.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le chef de la diplomatie canadienne sera un Québécois, a appris le Bureau parlementaire de Radio-Canada à Ottawa. Il s'agit d'une promotion majeure pour François-Philippe Champagne, qui était ministre des Infrastructures et des Collectivités. Il remplacera Chrystia Freeland, une joueuse étoile du gouvernement Trudeau.

C’est un ministre de l’Ouest qui se chargera de l’épineux dossier de l’Environnement. Jonathan Wilkinson était ministre des Pêches. Toutefois, au début du premier mandat, il a été secrétaire parlementaire de la ministre de l’Environnement Catherine Mckenna.

François-Philippe Champagne, le député de Saint-Maurice—Champlain, est avocat et spécialiste du commerce international. Il a occupé le poste de ministre du Commerce international de janvier 2017 à juillet 2018 avant de passer à Infrastructures et Collectivités.

M. Champagne devra composer avec d'importants défis. Les relations diplomatiques avec la Chine sont difficiles alors que les deux Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor sont toujours détenus. Le nouvel accord de libre-échange avec les États-Unis est peut-être signé, mais il doit toujours être ratifié par le Congrès américain. 

C’est aussi François-Philippe Champagne qui devra piloter les efforts du Canada dans la course à l’obtention d’un siège au Conseil de sécurité des Nations unies. 

Avec cette nomination, le premier ministre Justin Trudeau veut envoyer le signal que les Québécois auront une importance clé lors du prochain mandat.

Le 21 octobre, lorsque le Bloc québécois a triplé sa députation à Ottawa, le premier ministre avait déclaré qu’il avait « entendu le message des Québécois » qui veulent que « la voix du Québec porte encore plus à Ottawa ». 

Gros plan de Jonathan Wilkinson.

Jonathan Wilkinson devra jouer de finesse à l'Environnement, car les provinces ont des visions diamétralement opposées sur cet enjeu.

Photo : Radio-Canada / CBC/Robert Short

Un Britanno-Colombien à l’Environnement 

Jonathan Wilkinson représente la circonscription de North Vancouver, mais il est né à Sault Ste. Marie, en Ontario, et a grandi à Saskatoon. La Saskatchewan n'a élu aucun député libéral lors de l'élection du 21 octobre.

Avant de se lancer en politique, M. Wilkinson a oeuvré pendant 20 ans dans le secteur privé au sein de sociétés spécialisées dans les technologies vertes.

Le premier ministre Trudeau semble avoir fait le calcul qu’il serait mieux placé pour piloter ce délicat dossier, qui divise le pays, que ne l’aurait été l’écologiste Steven Guilbeault. Son passé de militant aurait pu être lourd à porter dans cette fonction. Il aurait potentiellement été mal accueilli dans l’Ouest.

Lundi soir, des sources confirmaient à Radio-Canada que Steven Guilbeault se fera plutôt les dents au Patrimoine canadien.

Les libéraux font valoir que Steven Guilbeault est bien connu et apprécié du milieu culturel québécois. Patrimoine canadien est un ministère important où il pourra prouver ses compétences. À l’Environnement, les attentes trop élevées auraient pu lui nuire, juge un stratège libéral.

L’actuel ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, deviendra de son côté leader du gouvernement à la Chambre des communes. 

La ministre québécoise Mélanie Joly aura aussi une promotion dans le prochain Cabinet.

Selon nos informations, la taille du Cabinet devrait augmenter, mais de manière « modeste ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique