•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Annick Boudreau, la « petite soeur » des Matadors de Mathieu-Martin

Annick Boudreau suit des yeux la rondelle pendant un entraînement matinal avec les Matadors de l'école Mathieu-Martin.

Annick Boudreau suit des yeux la rondelle pendant un entraînement matinal avec les Matadors de l'école Mathieu-Martin.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Mathieu Massé

Le tournoi Classique des écoles secondaires de Moncton débute jeudi à Moncton et les Matadors de l’École Mathieu-Martin s’y présentent forts d’une médaille d’or, obtenue lors du Défi Cheetah à Halifax. Ils ont une arme secrète : leur gardienne de but, Annick Boudreau.

Annick Boudreau est gardienne de but depuis le niveau novice. À 17 ans, elle a maintenant presque dix ans de hockey sous ses épaulettes, la plupart joués aux côtés de joueurs masculins.

L'entraîneur de Mathieu-Martin, Éric Prillo, a approché la jeune hockeyeuse l’année dernière. Elle était venue au camp d'entraînement et elle avait eu des bonnes performances. Donc on [lui avait] dit : "Si t'es encore intéressée l'année prochaine, on aimerait ça t'avoir parmi notre équipe".

Éric Prillo, entraîneur-chef des Matadors de l'école Mathieu-Martin, explique un jeu à ses joueurs pendant un entraînement.

Éric Prillo est entraîneur-chef des Matadors de l'école Mathieu-Martin.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

La principale intéressée a saisi l’occasion qui s’offrait à elle de représenter son école. Je pensais que c'était un beau challenge pour moi. Alors cette année je me suis dit : “J'essaye pour l'équipe.”

Je veux pas juste faire le sport-études. Je veux jouer pour les Matadors.

Annick Boudreau, Gardienne des Matadors de Mathieu-Martin

Ses coéquipiers l’ont accueillie à bras ouverts. Ils me traitent comme si je suis leur petite sœur. C'est une grosse famille. Ça dérange pas qui est-ce que t'es... T'es dans la famille!

La seule chose qui la distingue Annick Boudreau des garçons sur la glace, c'est la couette qui dépasse derrière son masque.

La seule chose qui la distingue Annick Boudreau des garçons sur la glace, c'est la queue de cheval qui dépasse derrière son masque.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Grande performance à Halifax

Les performances des Matadors de Mathieu-Martin et de leur gardienne ont attiré l’oeil des connaisseurs pendant le Défi Cheetah qui avait lieu à Halifax au début du mois de novembre. Annick Boudreau a stoppé près de 80 rondelles entre la demi-finale et la finale pour donner l’or à son équipe.

Les gars ont tout fait comme si c'était moi qui avais gagné le tournoi pour eux autres, c'était le fun, mais je pense qu'on a vraiment gagné en équipe.

Annick Boudreau, gardienne des Matadors de Mathieu-Martin

Éric Prillo décrit sa gardienne comme une combattante qui ne perd jamais la rondelle de vue tant qu’elle ne l’a pas au fond de sa mitaine. Elle n’a pas un gros gabarit, mais elle prend beaucoup de place. Justement, à cause de sa mobilité, elle est compétitive. Le fait qu'elle a la bonne attitude overall, ça fait qu'elle peut compétitionner à ce niveau-là.

De gardienne à pompière

La finissante de l’école Mathieu-Martin n’est pas encore certaine de ce que l’avenir lui réserve. L’envie de jouer au niveau universitaire ne manque pas, surtout qu’elle a de bons modèles féminins, comme l’ancienne gardienne de l’école Louis-J.-Robichaud, Jade Shu-Shu Saulnier-Cyr, désormais cerbère des Gaiters de l’Université Bishop, au Québec.

Annick Boudreau a le sourire aux lèvres alors qu'elle répond aux questions du journaliste.

Annick Boudreau a le sourire aux lèvres lorsqu'elle parle de son équipe, le Matadors de l'école Mathieu-Martin.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Toutefois, une autre carrière l’appelle aussi. Pour mes plans de l'année prochaine, je veux être pompière. [Mais je pourrais] faire mes quatre ans de hockey pis là aller faire mon cours, explique-t-elle. Philosophe, elle a confiance en l’avenir : Ça va m'apporter où est-ce que ça m'apporte.

Pour le moment, elle se concentre sur un objectif bien précis, celui de garder la cage des Matadors de Mathieu-Martin dans le plus grand nombre de parties possibles. Dès le début de la saison, l’entraîneur Éric Prillo avait été clair sur son intention d’alterner ses gardiens le plus souvent possible.

Son prochain défi sera donc de prouver qu’elle peut être constante dans son jeu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Hockey