•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fonctionnaires de l'Alberta dénoncent les changements à leurs régimes de pension

Le bâtiment de l'Assemblée législative de l'Alberta sous un ciel légèrement nuageux.

L'Assemblée législative de l'Alberta

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Radio-Canada

Les fonctionnaires de l’Alberta sont inquiets pour l’avenir de leurs régimes de pension après que le gouvernement a déposé un projet de loi visant à mettre tous les avoirs de leurs régimes de retraite sous la direction d’un organisme gouvernemental lundi.

Ça s’apparente à du vol, affirme Gil McGowan, président de la Fédération du travail de l'Alberta.

Jusqu’à présent, les décisions d’investissement pour le régime de pension des enseignants de l’Alberta, de Services de Santé Alberta et de la Commission des accidents de travail étaient gérées de manière indépendante. 

Si le projet de loi 22 est approuvé, les quelque 30 milliards de dollars contenus dans ces fonds deviendront la responsabilité de l'Alberta Investment Management Corporation (AIMCo), une société d'État et branche indépendante d'investissement du gouvernement de l'Alberta.

Le transfert devra être fait d’ici le mois de juin 2020.

Le projet de loi 22 interdit aussi aux régimes de pension du secteur public de se retirer de l'AIMCo.

Gil McGowan fait valoir que les cotisations de retraite payées par les travailleurs albertains ne relèvent pas du bureau du premier ministre. Il croit que le gouvernement veut pouvoir contrôler la manière dont sont dépensés les fonds accumulés.

Nous craignons qu'il ne commence à consacrer une part importante de ces revenus à des projets risqués, poursuit Gil McGowan.

Le président de l'Association des enseignants de l’Alberta, Jason Schilling, compare la décision à un « détournement » des retraites des enseignants et dit que le syndicat envisage un recours judiciaire.

C’est pénible. Le gouvernement répète que c’est dans l'intérêt des membres du régime, mais personne ne leur explique exactement comment, ajoute Jason Schilling.

Dans une conférence de presse, le ministre des Finances, Travis Toews, a justifié la décision en disant que le changement allait permettre de réduire les cotisations.

L'efficacité accrue permettra aux taux de cotisation de baisser à long terme, a déclaré M. Toews, ajoutant que les rendements des investissements seraient meilleurs si les frais administratifs étaient réduits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique municipale