•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entraîneur d'haltérophilie René Bellemarre intente de nouvelles poursuites

Un homme sourit à la caméra devant une salle du palais de justice de La Sarre.

René Bellemare réclame en tout 285 000$ au CAPACS et à une ex-athlète d'haltérophilie.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Jean-Marc Belzile

L'entraîneur du club d'haltérophilie de La Sarre, René Bellemarre, a déposé de nouvelles poursuites au civil pour atteinte à sa réputation. Cette fois, il poursuit notamment le Centre d'aide et de prévention des agressions à caractère sexuel de l'Abitibi-Ouest, le CAPACS.

Reconnu coupable d’attouchements sexuels sur une athlète de moins de 16 ans, l’entraîneur d’haltérophilie René Bellemarre se dit victime de diffamation. Il se représentera lui-même devant les tribunaux.

Poursuite contre l'organisme

Il poursuit le CAPACS d'Abitibi-Ouest ainsi que chacune des six administratrices de l'organisation. Il leur reproche d'avoir diffusé des faussetés dans un communiqué de presse le concernant.

Dans celui-ci, le CAPACS dénonçait le fait que René Bellemarre ait pu faire ses travaux communautaires pour le club d'haltérophilie de La Sarre, soit au sein du même organisme où il a commis un geste criminel pour lequel il a été condamné.

René Bellemarre, au Club d'haltérophilie de La Sarre.

René Bellemarre.

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Dans sa poursuite, René Bellemarre affirme que le CAPACS laisse entendre qu'il aurait fait de nombreuses victimes d'âge mineur au club d'haltérophilie de La Sarre, alors qu’il n’a été condamné que dans un seul dossier.

Il reproche aussi à l’organisme d'avoir partagé ces informations sur Facebook afin de nuire à sa réputation.

Poursuite contre une ex-athlète

L'ex-athlète d'haltérophilie, Jessica Ruel, est également poursuivie par René Bellemarre.

Il lui reproche d'avoir cliqué sur « J'aime » sur la publication Facebook du CAPACS qui le concernait et d’avoir émis des commentaires qu’il juge diffamatoires à son endroit.

En tout, René Bellemarre réclame 285 000 $ au CAPACS et à Jessica Ruel.

Les causes

Par courriel, René Bellemarre nous a fait savoir que l'objectif de ces poursuites est de défendre sa réputation.

Questionné pour savoir s'il regrettait les gestes pour lesquels il a été reconnu coupable, il affirme qu'il a toujours nié ces accusations et que rien n'a changé.

Les intimées ont quant à elles préféré ne pas commenter pour ne pas nuire au processus judiciaire.

Rappelons que le ministère de la Sécurité publique a ouvert une enquête à la suite des révélations de Radio-Canada que René Bellemarre avait purgé sa peine de travaux communautaires dans le même organisme où il a commis un geste criminel.

Le ministère s’est également engagé à ce que des correctifs soient apportés pour éviter que de telles situations se reproduisent dans l’avenir.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites