•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation est « assez préoccupante » pour le caribou forestier en Basse-Côte-Nord

Une harde de caribous forestiers.

À l'est de Sept-Îles, la chasse sportive au caribou est fermée depuis 1979.

Photo : Radio-Canada

Marie Kirouac-Poirier

La survie du caribou forestier ne serait pas assurée sur la Basse-Côte-Nord. La région détient l'une des plus petites densités de population de caribous au Québec. Les résultats d'un inventaire aérien ont été dévoilés par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Cette population est estimée entre 452 et 558 caribous regroupés en 79 troupeaux sur un territoire de 50 000 km2. Ce qui représente l’équivalent d’environ 1 caribou pour 100 km2.

Le nombre de faons, les bébés caribous, qui survivent pour finalement être comptés dans les rangs des troupeaux adultes est inférieur à celui qui est nécessaire pour assurer la stabilité d’une population, explique la conseillère en communication au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Catherine Thibeault.

La situation du caribou forestier dans le secteur de la Basse-Côte-Nord est assez préoccupante.

Catherine Thibeault, conseillère en communication au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Cet inventaire dévoilé en octobre, en même temps qu’une soixantaine de documents liés à la population de caribou forestier depuis les années 1990, est le premier portrait exhaustif de la population sur la Basse-Côte-Nord. Des zones où la forêt a été incendiée font partie des différents facteurs qui perturbent le milieu du caribou. Chalets, aménagements hydroélectriques, mines, voies ferrées et chemins peuvent également altérer le quotidien et l'itinéraire des caribous. L’heure est présentement à la recherche, indique la porte-parole du gouvernement.

Une harde distincte de celle du Labrador

L’utilisation des colliers télémétriques a permis au Ministère de circonscrire le territoire habité par la population de caribous en Basse-Côte-Nord. Le survol aérien du territoire situé entre Havre-Saint-Pierre et Pakuashipi a permis de confirmer que la harde qui parcourt la Basse-Côte-Nord n’est pas la même que celle du Labrador.

C’est seulement depuis l’hiver 2018 où l’on a fait une vaste opération de pose de colliers qui nous donne des données télémétriques, où là, on a pu améliorer nos connaissances de l’utilisation du territoire par le caribou à l’échelle d’une population, explique Catherine Thibeault

Des données attendues

L’Alliance Forêt boréale, un organisme qui vise à promouvoir l’exploitation durable de la forêt boréale, demande au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, d’annuler toutes les mesures provisoires en lien avec la Stratégie pour l’aménagement de l’habitat du caribou forestier. Regroupant des organisations privées et publiques, cet organisme du Saguenay-Lac-Saint-Jean revendique que ces données présentées par le Ministère démontrent qu’il n’y a pas d’incidence entre l’industrie forestière et la baisse démographique du caribou, puisqu’aucune coupe forestière n’est en activité sur le territoire recensé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Faune et flore