•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Affiche avec le logo de la SAQ où il est écrit : Le Beaujolais nouveau est arrivé.

Au Québec, la SAQ souligne l'arrivée du Beaujolais nouveau depuis la fin des années 70.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le troisième jeudi du mois de novembre marque le retour du Beaujolais nouveau, ce vin jeune distribué quelques semaines seulement après la fin des vendanges. Nos archives témoignent des célébrations autour du vin vert qui ont connu un sommet dans les années 80.

Chaque année, des amateurs de vin à travers le monde attendent avec impatience l’arrivée du Beaujolais nouveau.

En France, cette fête du vin nouveau date du début du Moyen-Âge, mais elle est devenue un véritable phénomène commercial dans les années 70.

Les Québécois, comme les Japonais, ont aussi contribué à faire du troisième jeudi du mois de novembre un événement festif.

Ce soir, 16 novembre 1982

Ce reportage au bulletin de nouvelles Ce soir du 16 novembre 1982 illustre bien la frénésie qui entoure l’arrivée du Beaujolais nouveau au début des années 80.

Devant la Maison des vins, des amateurs font le pied de grue depuis 7 h du matin pour se procurer une ou plusieurs bouteilles de la cuvée 1982 du « vin primeur ».

« Je l’aime parce qu’il est doux et jeune », affirme une consommatrice au journaliste Pierre Migneault.

« Ça permet de rencontrer des amis et de mettre un peu de couleur et de gaieté dans ce triste mois de novembre », explique une autre.

En 1975, il se vendait 400 caisses de Beaujolais nouveau au Québec. L’engouement est tel qu’on en importe plus de 15 000 en 1982.

Ce soir, 16 novembre 1984

Autrefois considéré comme un vin de table très ordinaire, le Beaujolais nouveau est devenu un phénomène culturel que la Société des alcools continue d’exploiter au maximum.

Le présentateur Gaétan Lemay

C'est ainsi que le présentateur Gaétan Lemay présente l'arrivée du Beaujolais nouveau au bulletin de nouvelles Ce soir du 16 novembre 1984.

Fanfare et costumes sont au rendez-vous pour la cérémonie de dégustation de la confrérie vineuse et gastronomique qui donne sa bénédiction à la cuvée 1984.

Profitons-en! Buvons-le pour nous rendre heureux!

Un dégustateur en costume officiel

Le journaliste Philippe Bélisle est sans équivoque : le Beaujolais nouveau est une véritable mine d’or pour la SAQ.

Mais est-ce une tendance qui traversera le temps?

« C’est une mode. C’est aussi pour dire : “moi je l’ai et mon voisin ne l’a pas”. C’est un peu du snobisme, je crois », affirme en 1984 un consommateur qui fait néanmoins la file pour s’en procurer une bouteille.

Le Beaujolais de moins en moins nouveau

L’industrie vinicole française a bien profité du succès commercial du Beaujolais nouveau, mais en a aussi pâti.

À partir des années 90, le vin nouveau s’est standardisé et a perdu en qualité en raison d’une surproduction.

Au début des années 2000, un scandale a même éclaté en France quand des viniculteurs ont été accusés d’avoir ajouté du sucre à leurs crus au-delà des doses autorisées.

Téléjournal, 20 novembre 2008

Le Beaujolais a un gros problème d’estime. Un gros problème partout dans le monde.

L’animateur Bernard Derome

Au Téléjournal du 20 novembre 2008, le correspondant Maxence Bilodeau explique les raisons du marasme du Beaujolais nouveau en France, comme partout dans le monde.

Au Québec, il se vend dix fois moins de bouteilles qu’il y a dix ans de ce vin qu’on dit surfait.

« C'est vrai qu'il s'est fait un peu n'importe quoi, n'importe comment, et les gens ont été déçus », confie un viticulteur de la région du Beaujolais.

Pour regagner l’estime des consommateurs, l’industrie viticole mise à présent sur un contrôle de qualité resserré et sur la rencontre avec les petits producteurs de la région.

La stratégie des viticulteurs français aura-t-elle porté ses fruits? La cuvée du Beaujolais nouveau 2019 nous le dira peut-être.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Alimentation