•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conseiller en furie lance le maillet d'une mairesse de Charlevoix

Quatre personnes assises autour d'une table avec une nappe blanche, tout le monde a un air très sérieux.

Le conseil de la Municipalité était rassemblé lundi soir.

Photo : Le Charlevoisien

Radio-Canada

La Sûreté du Québec (SQ) a ouvert une enquête lundi après être intervenue au conseil municipal de Saint-Aimé-des-Lacs, dans Charlevoix, à la suite du comportement agressif d’un des conseillers, qui a lancé le maillet de la mairesse.

Selon le conseiller Cajetan Guay, son homologue Marc-André Lussier a perdu patience à la suite de discussions avec la mairesse, Claire Gagnon, au sujet d'un aspect du projet de plateforme multifonctionnelle à Saint-Aimé-des-Lacs.

Mme la mairesse s'est servie du maillet pour arrêter la discussion. [Marc-André Lussier] a perdu patience. Il lui a arraché le marteau, le maillet, et il l'a lancé, explique M. Guay.

Cajetan Guay croit qu'un autre conseiller, Gilles Gaudreault, a aussi contribué aux échanges houleux. Je trouve inacceptable le comportement des deux conseillers, déplore M. Guay, ajoutant que Gilles Gaudreault a crié en lançant ses livres.

Vidéo du Charlevoisien diffusée lundi soir sur YouTube par le média

La mairesse victime d'un malaise

La mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs, Claire Gagnon, a subi un malaise au cours de cette soirée mouvementée.

Jointe au téléphone, Mme Gagnon a qualifié d’inacceptables les événements de lundi, préférant ne pas commenter, le temps que les policiers de la SQ fassent leur travail.

La mairesse est partie à l'hôpital pour un choc émotionnel. Les conseillers ont failli se chicaner, à l'arrière [de la salle], précise le conseiller Guay. Le public qui a crié n'a pas aidé la situation, déplore-t-il.

Ma première pensée est pour ma collègue, a pour sa part réagi le maire de La Malbaie, Michel Couturier. C’est inacceptable, de faire passer ses idées par la violence ou l'agressivité. C’est inadmissible.

La mairesse Gagnon devait participer mardi matin à une rencontre à la MRC de Charlevoix-Est, selon le préfet, Sylvain Tremblay.

Elle est en repos, ce matin, chez elle. C'est certain qu'on a une pensée pour elle. Les membres du conseil auront une sérieuse réflexion à avoir, conclut le préfet.

Réactions à l'Assemblée nationale

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, croit que ce genre de comportement de la part d'un élu municipal n'a aucun sens. L'essentiel, c'est que la mairesse est correcte. J'ai vérifié aujourd'hui, la mairesse se porte mieux, tant mieux, indique la ministre.

La députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré, Émilie Foster, abonde dans le même sens. Je déplore vivement ce genre de geste. La violence n'a jamais sa place. Ce n'est pas digne d'un élu. Je suis attristée pour la mairesse.

Une plainte pourrait être déposée à la Commission municipale du Québec dans les prochains jours, selon Mme Foster.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale