•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brûlée par l'épilation laser, elle poursuit une clinique de Vancouver

Photo d'une femme et photo de ses jambes cicatrisées.

Cinq mois après le traitement qui a laissé des cicatrices, les marques sont toujours bien visibles sur les jambes de Danielle Nadeau.

Photo : Fournie par Danielle Nadeau

Radio-Canada

Brûlée et les jambes couvertes de cicatrices, une femme de Vancouver poursuit une clinique qui offre des traitements d'épilation au laser et exhorte la population à faire des recherches avant d'obtenir un traitement similaire qui n'est pas réglementé en Colombie-Britannique.

Brûlée par l'épilation au laser

Danielle Nadeau a dépensé 7000 $ à la clinique Ideal Image, situé dans le quartier de South Granville, pour faire retirer les poils de ses jambes et de l'aine. Lors de son huitième traitement, le 19 juin, la douleur était beaucoup plus intense que celle qu'elle avait connue auparavant. Mme Nadeau a parlé de la douleur à la technicienne pendant le traitement où une machine émet une impulsion d'ondes lumineuses intenses sur la peau pour détruire le follicule pileux.

Une jambe cicatrisée à la suite d'une épilation au laser. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les marques étaient rouges et presque gonflées, comme si elle avait subi une brûlure, explique Mme Nadeau.

Photo : Fournie par Danielle Nadeau

La technicienne a terminé le traitement et lui a dit de revenir plus tard si la douleur persistait, raconte Mme Nadeau.

Quand je suis rentrée à la maison, j'avais l'impression de me trouver dans de l'huile bouillante. C'était tellement douloureux.

Danielle Nadeau

Cinq mois plus tard, Danielle Nadeau a toujours des cicatrices d'hypopigmentation qui pourraient ne jamais disparaître, craint-elle. Celle qui travaille comme danseuse érotique explique que ces marques ont été difficiles à dissimuler et ont entraîné une baisse de son salaire. 

Le directeur médical de la clinique, le Dr James Kung, avance que les effets indésirables de traitements d'épilation au laser peuvent être causés par l'exposition au soleil, une réaction allergique ou par certains médicaments ou lotions. Il affirme que la plupart des réactions défavorables disparaissent avec le temps. Nous examinons ce qui s'est passé dans ce cas particulier. Nous répondrons à l'aide du processus judiciaire et nous sommes déterminés à résoudre cette affaire, affirme-t-il.

C'est le Far West

L'épilation au laser est devenue populaire au cours des dernières années en tant que solution de rechange à l'épilation ou au rasage, explique Kirsten Engel, qui est membre du conseil d'administration du Beauty Council of Western Canada.

Cette organisation cherche à améliorer la qualité des services offerts par l’industrie non réglementée de la beauté en Colombie-Britannique. Celle-ci englobe un large éventail de professions, notamment des techniciens d’ongles et des techniciens effectuant des traitements semi-médicaux tels que l’épilation au laser.

Le gouvernement provincial considère que l'épilation au laser est un traitement relativement sûr et non invasif, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles aucune compétence spécifique n'est requise pour utiliser une machine à épiler au laser en Colombie-Britannique, selon Mme Engel. C'est le Far West, dit-elle.

Elle estime qu'il est nécessaire de renforcer la réglementation provinciale en matière de formation pour de tels traitements.

Avec les informations d'Andrea Ross

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Procès et poursuites