•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre correctionnel de Regina s’attaque à la contrebande de drogues

Le scanner corporel dans une salle.

Le scanner corporel du Centre correctionnel de Regina sera utilisé chaque fois qu'un nouveau détenu arrivera dans l'établissement, mais aussi pour faire des vérifications de façon aléatoire.

Photo : Kirk Fraser

Radio-Canada

Le Centre correctionnel de Regina est dorénavant muni d’un nouveau scanner corporel chargé de détecter les drogues.

L’outil permettra notamment d’enrayer la contrebande à l’intérieur de l’établissement, selon le directeur du Centre, Julien Hulet.

Ce dernier estime que 75 % des hommes qui se trouvent dans un centre correctionnel à travers la province ont des problèmes de toxicomanie.

La présence de drogues dans l’établissement amène les toxicomanes dans un état qui peut mettre en danger notre personnel, indique-t-il.

Gros plan sur la plateforme du scanner corporel.

Les détenus seront invités à s'installer sur la plateforme du scanner corporel pour des radiographies.

Photo : Kirk Fraser

Une boîte sera aussi déposée à proximité du scanner corporel afin de permettre aux détenus d'y placer leurs drogues.

L’objectif d’une mesure comme celle-ci n’est pas de punir les gens, mais plutôt de ne pas les laisser entrer dans l’établissement avec des drogues, poursuit Julien Hulet.

Gros plan sur le visage de Julien Hulet, qui pose devant le nouveau scanner corporel.

Le directeur du Centre correctionnel de Regina, Julien Hulet, affirme que la contrebande de drogues est un problème quotidien dans son établissement et dans la province.

Photo : Kirk Fraser

Le Centre correctionnel de Regina dispose aussi d’un programme de réhabilitation de cinq semaines pour les toxicomanes.

Avec les informations de Heidi Atter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants