•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers de nouveaux sentiers à la Forêt Piché-Lemoine?

Un bâtiment en bois dans une forêt estivale.

L'École Buissonnière de la forêt Piché-Lemoine

Photo : Gracieuseté : ville.valdor.qc.ca

Radio-Canada

La Forêt Piché-Lemoine est fréquentée par de nombreux Valdoriens qui empruntent les sentiers de L’École Buissonnière. Selon le président du Regroupement écologiste Val-d’Or et environs (REVE), Henri Jacob, qui a été parmi les initiateurs du projet il y a plusieurs années, de nouveaux tronçons n’attendent qu’à être ouverts.

M. Jacob a expliqué aux élus réunis lors de la séance du conseil municipal de lundi que son organisation a développé de nouveaux sentiers il y a plusieurs années. On a trois sentiers qui sont faits depuis deux ans, mais qui ne sont pas encore ouverts. Les gens ne les utilisent pas encore puisqu’il n’y a pas de signalisation.

Il y a le double de sentiers de faits sur ce terrain-là [que ceux actuellement ouverts].

Henri Jacob, président du Regroupement Écologiste Val-d’Or et environs (REVE)

Puisque c’est la municipalité de Val-d’Or qui s’occupe de l’entretien des sentiers et qui est responsable du site, M. Jacob a invité la Ville a procéder à l’ouverture. Le maire, Pierre Corbeil, a déclaré en point de presse qu’il devrait d’abord aller aux informations, mais que des démarches seraient effectuées pour permettre l’utilisation de ces nouveaux tronçons.

Des installations qui ont besoin d'amour

Les élus ont été questionnés par M. Jacob sur le démantèlement d’un patio en bois, endommagé par la crue des eaux. Les élus ne sont pas engagés à le reconstruire, mais le maire a pris position en faveur d’une mise à niveau des installations. Ces installations ont un certain nombre d’années d’existence. Elles ont besoin d’être remplacées, entretenues, explique-t-il. On essaie de garder le site accessible, mais il y a des ajustements à faire, on va les faire.

M. Corbeil a par ailleurs assuré que la municipalité souhaitait préserver le site. Ce qu’on veut, c’est que le site continue d’être accessible et utilisé. Je vais confesser que je m’y rends avec mes petits-enfants l’hiver et c’est presque un sanctuaire d’oiseaux, souligne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Sports