•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong

Un protestataire perd l'équilibre lorsqu'il est confronté par un policier antiémeute.

Un protestataire est intercepté par un policer antiémeute en tentant de quitter le campus de l'Université polytechnique de Hong Kong.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

Radio-Canada

Cinq mois après le début des protestations, la situation risque de s’envenimer à Hong Kong, où le bras de fer entre les manifestants et les autorités ne semble pas connaître d’issue. Et la Chine élève de plus en plus la voix.

Dans la foulée des événements, Jian Tiewei, le porte-parole de la commission des affaires législatives de l’Assemblée nationale populaire, a annoncé que seul le Parlement chinois peut statuer sur la mini-Constitution de Hong Kong, qui a jugé anticonstitutionnelle l'interdiction du port du masque par les manifestants.

La décision de la Haute cour de Hong Kong affaiblit gravement la gouvernance du chef de l'exécutif et du gouvernement de la RAS [région administrative spéciale], a déclaré Jian Tiewei.

Cette déclaration vient rappeler que les Chinois sont les maîtres du jeu à Hong Kong.

L'interdiction du port du masque a été décidée le mois dernier par l'exécutif hongkongais afin de tenter de désamorcer la contestation prodémocratie. Mais elle était largement ignorée des manifestants.

Les autorités chinoises montrent des signes de durcissement à venir, si l’on en croit les déclarations de l’ambassadeur chinois à Londres, Liu Xaoming.

La Chine a assez de détermination et de pouvoir pour mettre fin au soulèvement, a-t-il déclaré lundi lors d’une conférence de presse.

Lundi, la police a tenté sans succès un assaut contre les protestataires qui occupent l’Université polytechnique de Hong Kong.

Par la suite, le porte-parole de la police a lancé un avertissement aux manifestants.

S'ils poursuivaient des actions aussi dangereuses, nous n'aurions pas d'autre choix que d'utiliser la force minimale nécessaire, y compris les balles réelles, pour riposter, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le gouvernement chinois a nommé Tang Ping-keung, connu aussi sous le nom de Chris Tang, au poste de nouveau chef de la police de Hong Kong, selon l’agence Xinhua.

Cette nomination fait suite au départ à la retraite de Stephen Lo.

Étudiants canadiens à Hong Kong

Affaires mondiales Canada confirme être « en contact avec les autorités » au sujet des « étudiants canadiens affectés » par les événements.

L'Université de la Colombie-Britannique a confirmé que 11 étudiants sont rentrés au pays et que 21 autres sont restés sur place, mais qu'ils sont en sécurité. Le gouvernement travaille à leur retour au pays.

L'Université McGill, qui a un partenariat avec l'Université polytechnique de Hong Kong, a indiqué que 17 de ses étudiants sont sur place.

L'Université de Toronto et l'Université Queen's de Kingston ont demandé à leurs étudiants de revenir au pays.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International