•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de buzz pour les études en production de cannabis

Photo d'une main couverte d'un gant noir qui tient du cannabis.

Le programme de production et transformation du cannabis a moins d'inscriptions que prévu au Cégep de l'Outaouais (archives).

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Jérôme Bergeron

Le Cégep de l'Outaouais repousse pour une deuxième fois le début de sa formation en production et transformation du cannabis, un programme d’attestation d’études collégiales (AEC) qui devait accueillir ses premiers étudiants en septembre dernier.

L’établissement collégial n’a pas reçu assez d’inscriptions pour débuter les cours.

Neuf personnes se sont inscrites au nouveau programme, disponible uniquement au Cégep de l’Outaouais pour le moment. Malgré ce nombre d’inscriptions peu élevé, l'institution a reçu les autorisations nécessaires pour offrir le cours dès le 2 décembre, même s’il n’atteint pas les 15 inscriptions prévues.

Le porte-parole du Cégep Simon Desjardins explique que la plupart des programmes en formation continue connaissent le même sort, principalement en raison de la pénurie de main-d’oeuvre.

Les gens qui décident de retourner aux études, il y en a moins que ç'a déjà été, affirme-t-il, en précisant que l’ajout de critères d’admission a fait diminuer considérablement le nombre d’inscriptions.

Les étudiants doivent avoir réussi leurs cours de chimie et de physique au secondaire, ainsi que les mathématiques de sciences naturelles de cinquième secondaire.

Un homme pendant une entrevue à l'extérieur en automne.

Simon Desjardins, porte-parole du Cégep de l'Outaouais

Photo : Radio-Canada / David Richard

Une euphorie qui s'essouffle

Si l’annonce de la création de ce programme, il y a quelques mois, avait soulevé l’intérêt de dizaines de personnes, ce n’est maintenant plus le cas.

Les temps sombres de l’industrie du cannabis y seraient pour quelque chose, selon le porte-parole du Cégep.

Le producteur gatinois Hexo, principal fournisseur de la Société québécoise du Cannabis (SQDC), connaît une chute de ses revenus depuis plusieurs mois. Le titre en bourse de cette entreprise a atteint lundi son niveau le plus bas des deux dernières années.

Le mois dernier, Hexo a procédé à la mise à pied de 200 employés.

Le contexte, avec l’actualité d'Hexo et le changement de l’âge légal de consommation de 18 à 21 ans [au Québec], c’est venu un petit peu refroidir les ardeurs, c’est clair.

Simon Desjardins, porte-parole du Cégep de l’Outaouais

L’établissement d’enseignement croit toutefois que ce programme a encore sa raison d’être.

Il y a un besoin de main-d’oeuvre qualifiée qui demeure pour ce secteur d’activité. Il y a une main-d’oeuvre qui existe, mais nous, on pense pouvoir la qualifier dans un programme de neuf mois. C’est certain qu’il y a un besoin, explique M. Desjardins, qui affirme que le Cégep continue de tâter l’intérêt de l’industrie.

À Ottawa, le collège La Cité compte toujours lancer son programme de Techniques agricoles en production de cannabis en septembre 2020.

Jointe au téléphone, la porte-parole Pascale Montminy mentionne que le collège reçoit assez d’inscriptions pour accueillir une cohorte complète dès la première année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Éducation