•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des négociations en éducation risquées pour le gouvernement Ford

Le premier ministre Doug Ford.

Le gouvernement de Doug Ford a tenté d’adoucir sa façon de gouverner ces derniers mois. Les négociations avec les syndicats de l’éducation seront un test de sa bonne foi.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Marguerite Gallorini

Le gouvernement provincial et les syndicats d’enseignants ont tous quelque chose à perdre s’ils n’avancent pas avec prudence lors de ces négociations, selon des experts.

Le ministre ontarien de l’Éducation, Stephen Lecce, a demandé aux syndicats d'enseignants d'accepter la nomination d'un médiateur pour tenter de dénouer l'impasse dans les négociations contractuelles. Je crois qu'il s'agit de la bonne approche, car elle a été mise en œuvre dans le cadre de la récente entente conclue avec le SCFP, qui a contribué à faire en sorte que les élèves demeurent dans un milieu d'apprentissage positif et sécuritaire, a déclaré le ministre dans un communiqué lundi soir.

Plusieurs syndicats se disent disposés à travailler avec un médiateur, tout en ayant un mandat de grève dans leur arsenal au cas où les négociations n’aboutiraient pas. D’ailleurs, l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens, le seul syndicat à ne pas avoir tenu de votes de grève jusqu'ici, commence à s'impatienter aussi et estime que les pourparlers semblent aller droit dans le mur.

Le gouvernement Ford est-il dans une impasse politique?

Il est vrai que la cote de popularité du gouvernement provincial n’est pas sensationnelle actuellement, et encore moins du côté des syndicats de l’éducation. Il y a toujours eu une relation difficile entre les syndicats du milieu de l’éducation et le gouvernement, tous gouvernements confondus, dit Geneviève Tellier, professeure titulaire à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa.

Geneviève Tellier répond aux questions d'une journaliste à l'extérieur en hiver.

Geneviève Tellier, professeure à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa

Photo : Radio-Canada

Aussi, la population a généralement une certaine sympathie envers les syndicats de l’éducation, surtout les parents qui voient les services à leurs enfants diminuer; ça aussi ça joue à l’avantage des enseignants.

Les répercussions politiques d’une grève pour le gouvernement Ford se feraient donc sentir. Mais pas outre mesure, selon la politologue. J’ai envie de dire : ça peut pas être pire!

C’est sûr que, s’il y a une grève en ce moment, ça ne plairait pas à la majorité des gens; quoique ça pourrait plaire à certains quand même, parce que ça montrerait que le gouvernement [...] veut revenir à l’équilibre budgétaire et ne veut pas s’éloigner de ce plan-là, donc ça pourrait séduire une partie de l’électorat.

Geneviève Tellier, politologue

Comme les prochaines élections provinciales sont dans plus de deux ans, elle pense que le gouvernement aurait toujours le temps de redorer son blason.

Louis Durand, professeur en relations industrielles à l'Université Laurentienne, n’en est pas si sûr. La base conservatrice dans la province semble avoir vraiment diminué depuis les élections.

Louis Durand assis à Radio-Canada Sudbury.

Le professeur Louis Durand de l'Université Laurentienne

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Et le gouvernement en est conscient, selon lui. Depuis six mois, [le gouvernement] semble être vraiment préoccupé par le taux de satisfaction et est prêt à faire des concessions sur l’agenda politique pour améliorer sa popularité auprès de l’électorat, note-t-il.

Ce qui joue en faveur du gouvernement Ford

Le professeur souligne que, malgré une certaine sympathie de base pour les syndicats de l’éducation, si les associations syndicales allaient vers une grève générale et illimitée sans prendre de précautions, sans avertir les parents et ainsi de suite, ça pourrait faire basculer un peu de l’opinion publique du côté du gouvernement.

La manière dont les associations syndicales vont utiliser les moyens de pression est très, très importante, ajoute-t-il. Du côté du gouvernement, si on a une approche trop rigide [dans] le secteur de l’éducation, les problèmes vont continuer pour les deux prochaines années. Chaque partie doit donc jouer finement.

Stephen Lecce en conférence de presse.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce

Photo : Chaîne de Queen's Park

Le gouvernement, au besoin, pourrait aussi faire adopter une loi spéciale pour forcer le retour au travail des enseignants. La libérale Kathleen Wynne l’avait fait en 2015. Le gouvernement Ford pourrait aller jusqu’à cette étape-là. Par contre, je pense que, politiquement, le gouvernement est très conscient que le prix à payer peut être très élevé, dit Louis Durand.

Geneviève Tellier tient à rappeler que personne ne veut faire la grève, mais les discussions sont un peu bloquées en ce moment; donc [il y] a un besoin d’aide externe, d’où la recherche d’un médiateur.

Au final, conclut-elle, ce qui jouera lors de ces négociations est la question de la crédibilité du message de Ford : est-ce qu’on croit que le gouvernement veut gérer autrement, qu’il recule sur sa façon de faire de la dernière année, et si oui, qu’en est-il de la menace de grève?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale