•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

70 ans de « lutte et de succès » pour la radio francophone en Alberta

Logo de CHFA sur un micro.

CHFA, la première chaîne de radio francophone à l'ouest du Manitoba, est entrée en ondes le 20 novembre 1949.

Photo : Archives

Mirna Djukic

En 1949, alors que le monde découvrait les blocs Lego et les disques 45 tours, les Albertains obtenaient leur première chaîne de radio francophone. Ainsi a débuté l'histoire d'une petite radio communautaire appelée CHFA, qui est aujourd'hui celle d'ICI Alberta.

Sa Majesté la langue française vient de remporter une des plus belles victoires de son histoire! C’est ainsi que le jeune Charles-Émile Joly a annoncé le lancement de CHFA, au théâtre Garneau, à Edmonton, le 20 novembre 1949.

Entrée en ondes de CHFA

C’était l’aboutissement d’une lutte de plusieurs années, menée principalement par l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) et ses alliés, pour obtenir un permis de radiodiffusion pour la première chaîne entièrement francophone en Alberta.

Des médias et des politiciens locaux s’étaient vigoureusement opposés au projet, qu’il voyaient comme un outil de propagande catholique et une menace à l’unité nationale. C'est notamment ce que pense le premier ministre de l’époque, Ernest Manning, qui anime pourtant sa propre émission de radio chrétienne.

L’anglais est la langue officielle et légale de l’Alberta et des écoles albertaines. Les gens nés en Alberta doivent apprendre l’anglais à l’école. Il n’y a donc nul besoin d’utiliser une langue autre que l’anglais à la radio [...] Il est abondamment clair que ce projet de station de radio française à Edmonton a pour objectif principal de maintenir une brèche entre les Canadiens qui parlent français et ceux qui parlent anglais, dans le but de promouvoir la foi catholique romaine et de convertir ceux qui appartiennent à une autre confession.

- Extrait de l'éditorial du Edmonton Bulletin, 23 août 1947

Il y avait un membre de la législature qui s'appelait Fallow, qui était vraiment anticatholiques et antifrancophones et qui avait mené une guerre incroyable contre les gens qui voulaient la radio française, explique France Levasseur-Ouimet, professeure émérite de la Faculté Saint-Jean et auteure d’un livre sur l’histoire de la CHFA.

Pour les Canadiens français, toutefois, l’obtention d’un poste de radio devient une lutte pour la survie de leur langue et de leur identité.

N’oubliez pas qu’à cette époque il n’y avait pas de télévision, il y avait un journal qui arrivait trois semaines en retard, on n’avait pas d’écoles françaises [....] Alors imaginez-vous entendre la voix d’Édith Piaf à la radio! C’était pour ces gens quelque chose de merveilleux, dit France Levasseur-Ouimet. 

Pour moi, c’est l’histoire la plus intéressante de notre passé. C’est une histoire de lutte [et] de succès.

France Levasseur-Ouimet, auteure de « Écoutez, vous verrez, CHFA de 1949 à 1999 »

1965 : Willie Lamothe et les chapelets en ondes

Ç'a été institué parce qu'on sentait déjà l'assimilation qui s'installait et on voyait un besoin de faire entendre la musique francophone et des paroles francophones, croit aussi André Roy, qui a fait son entrée à CHFA en 1965.

Il animait l’émission Salut les copains, où il faisait jouer la musique de Willie Lamothe, de Johnny Halliday et toutes sortes de chansons au goût des adolescents et des jeunes adultes.

À gauche, André Roy aujourd'hui, sourit doucement. À droite, une photo en noir et blanc d'André Roy dans un studio de radio dans les années 1960.

André Roy garde de doux souvenirs de ses années à la barre de l'émission « Salut les copain » à CHFA.

Photo : Radio-Canada

Il se souvient aussi que le chapelet était diffusé chaque soir.

Les francophones étaient très catholiques à ce moment-là. Je crois que c’était une nécessité d’avoir ça, explique-t-il­.

D’ailleurs, le segment était très écouté. Si l’opérateur avait le malheur de se tromper dans l’ordre des prières, les auditeurs ne tardaient pas à appeler la station pour l’en avertir, se souvient l’ex-animateur.

1974 : Radio-Canada achète CHFA

Radio-Canada émettait déjà dans l'Ouest canadien depuis longtemps, mais en anglais la plupart du temps. Elle comptait donc sur CHFA pour diffuser son contenu francophone. En échange, Radio-Canada s'assurait que la petite station ne croule pas sous les dettes. 

Quand la société d'État a finalement proposé de racheter la radio communautaire en 1971, André Roy et ses collègues n’étaient pas surpris. 

[Les employés] étaient bien contents parce que les salaires grimpaient, parce que [avant], ce n’était pas des salaires de crève-faim, mais presque, raconte-t-il.

La transaction est complétée trois ans plus tard. Il y a plus de moyens et plus de contenu, même si ce dernier vient un peu trop souvent de Montréal au goût de certains.

Ça perdait un peu de son cachet de radio communautaire, de radio près du peuple, déplore André Roy. 

CHFA Radio-Canada s’efforce de répondre à ces critiques, notamment en poursuivant la tradition des sorties : des émissions de radio spéciales diffusées en direct d’un événement important pour la francophonie. 

Entre 1970 et 1999, de nouveaux émetteurs sont installés dans diverses régions pour améliorer la réception du signal partout dans la province.

De 1990 à 2019 : l'âme de la radio à travers les années

Martin Flibotte, réalisateur du Café Show, a commencé à travailler à CHFA en 1992. Jamais il n’aurait imaginé, à l’époque, toutes les possibilités que la technologie offre aujourd’hui.

Une vieille photo en noir et blanc d'Eve Marie Forcier, Martin Flibotte, Éric Thibeault et Lise Nepton avec un micro.

(De gauche à droite) Ève Marie Forcier, Martin Flibotte, Éric Thibeault et Lise Nepton ont travaillé ensemble sur l'impro-roman « On t'aime Josette », à CHFA, dans les années 1990.

Photo : Radio-Canada

Il fallait, par exemple, faire des pieds et des mains pour être en direct du centre-ville, à quelques kilomètres [de la station].

Aujourd’hui, je peux envoyer un animateur ou un coanimateur sur le terrain avec son téléphone cellulaire et un micro [...] Si ça m’était tombé entre les mains en 90, quand j’ai commencé, ça m’aurait beaucoup surpris, dit-il.

La première réalisatrice Ève Marie Forcier, qui a commencé comme chroniqueuse à la radio en 1994, constate néanmoins que certaines choses n’ont jamais changé.

La radio demeure un média de proximité et de chaleur. On s’attache aux animateurs; on les aime, ils nous font rire, croit-elle.

Le fait que CHFA ait appartenu à la communauté avant d'appartenir à Radio-Canada [...] ça tisse des liens proches avec la communauté et au sein de l’équipe aussi, parce qu’on sent qu’on fait partie de cette communauté-là.

Martin Flibotte, réalisateur de l'émission Le Café Show

En ce sens, la radio a évolué, mais pas changé tant que ça, ajoute Martin Flibotte.

Il s'attend à ce que le paysage médiatique continue à changer à grande vitesse, mais il croit que tant que la radio conserve cette habileté particulière d'entrer dans l'intimité de son public et qu'elle saura toujours y trouver sa place.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Médias