•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des femmes font tomber les préjugés sur le travail du sexe par le théâtre

Un groupe de femmes de dos debout au centre d'une scène avec des parapluies sur les côtés.

Project ArmHer est le résultat de contributions créatives de la part de travailleuses du sexe à Sudbury.

Photo : Radio-Canada / ProjectArmHer

Gabrielle Morin-Lefebvre

La pièce de théâtre multimédia Project ArmHer sera présentée au Sudbury Events Centre le 18 novembre à 19 h. Cette performance théâtrale livrée par huit travailleuses du sexe n’a qu’un but : faire éclater les tabous sur l’industrie et partager leurs témoignages.

Selon la fondatrice du Réseau de consultation des travailleurs du sexe de Sudbury (SWANS), Tracy Gregory, les différentes formes d’arts visuels et médiatiques permettront aux spectateurs d'entrer dans le quotidien des travailleuses avec le texte rédigé et mis en scène par Sarah Gartshore.

Les spectateurs partageront un moment dans l’intimité de femmes qui livreront des témoignages sur leurs expériences dans l’industrie du sexe et sur les enjeux de violence sexuelle de l’enfance à l’âge adulte, explique-t-elle.

Selon Tracy Gregory, Project ArmHer est le résultat de discussions découlant des frustrations de ses membres face à la résurgence de préjugés, à la suite de l'adoption de certaines politiques conservatrices en 2013.

La pièce avait ensuite été présentée pour la première fois le 17 décembre 2017 à Sudbury, lors de la journée des droits du travailleur du sexe.

Tous les monologues et les pièces ont été écrits par Sarah Gartshore à partir d’entrevues de travailleuses du sexe sur le sujet (...). Le résultat est cette pièce de théâtre qui parle pour nous collectivement, ajoute-t-elle.

Une lutte de tous les instants

Si Tracy Gregory admet que du progrès a été fait depuis la première représentation de Project ArmHer en 2017, notamment chez les organismes locaux, il en serait autrement dans les services publics et les institutions, selon elle.

Nous savons que les femmes qui ont travaillé dans l’industrie du sexe ont encore de la difficulté à fonder une famille, à avoir d’autres emplois, à s’éduquer et à contribuer à leur communauté, indique-t-elle.

D'après Mme Gregory, qui joue également dans la pièce, le projet permet aux femmes de s’affirmer afin de répondre aux préjugés entourant leur profession.

Cette pièce est une manière d’offrir de l’amour et du respect pour les femmes qui travaillent dans l’industrie du sexe. Nous encourageons les femmes qui ont vécu des expériences à venir voir la pièce et à interagir avec nous, conclut Mme Gregory.

Un support émotionnel sera offert par l’organisme Voices of Women pendant et après le spectacle. Selon un communiqué, la performance aborde des sujets matures et explicites relatifs à la violence sexuelle et est réservée à un public âgé de 13 ans et plus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Théâtre