•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un haut gradé de la base de Bagotville accusé d'agression sexuelle

Le major Éric Duquette en cour martiale

Le major Éric Duquette fait face à des accusations d'agression sexuelle.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un haut gradé de la base militaire de Bagotville fait face à des accusations d’agression sexuelle. Son procès en cour martiale a débuté lundi.

Le major Éric Duquette est aussi accusé de conduite préjudiciable au bon ordre et à la discipline et de mauvais traitements d’un subordonné.

Les événements se seraient produits lors d’un party de Noël tenu le 1er décembre 2018. La victime, dont l’identité est protégée par une ordonnance de non-publication, accuse le militaire de lui avoir touché une fesse sur le plancher de danse.

La présumée victime, qui est adjointe de section, s’est dite sous le choc. Pour éviter de gâcher la soirée, elle s’est installée ailleurs sur la piste de danse. Mais peu avant 23 h, l’accusé l’aurait rejoint et lui aurait fait une accolade en lui disant à l’oreille qu’elle était « fucking hot ».

La militaire a repoussé l’accusé. Elle affirme qu’elle s’est sentie triste et violée dans son intimité.

Je ne m’attendais pas à ce que ça m’arrive aussi gratuitement, a-t-elle précisé.

Le 4 décembre, la femme s’est confiée à son supérieur, qui a porté plainte à la police militaire.

En cour, la victime a dit avoir remarqué que la conjointe du major Duquette était fâchée des gestes posés par son conjoint le soir de la fête.

Défense

L’avocat de la défense, Charles Cantin, a tenté de soulever plusieurs incohérences en contre-interrogatoire. Il a notamment relevé le fait que la victime a nié avoir été en état d’ébriété avancé même si elle avait ingurgité neuf consommation dans la soirée et malgré des déclarations faites à d’autres témoins. J’étais sur le party mais pas ivre, a-t-elle affirmé. 

À la suite du dépôt du rapport Deschamps en 2016, lequel faisait état de nombreux cas d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, une politique de tolérance zéro prévaut dans l'armée.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Procès et poursuites