•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs d’Aramark chez IOC se dotent d’un mandat de grève

Installations de la minière IOC à Sept-Îles

Installations de la minière IOC à Sept-Îles (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les employés d'Aramark, un sous-traitant à la minière IOC à Sept-Îles, ont voté à l'unanimité pour un mandat de grève à déclencher au moment jugé opportun.

Ce vote survient alors que les négociations entre la minière et le syndicat des Métallos achoppent sur la question des salaires. Le syndicat réclame une augmentation salariale pour les 18 employés d'Aramark qui effectuent l'entretien du site de la minière à Sept-Îles en plus d'exécuter des tâches de journaliers, peut-on lire dans le communiqué.

Nicolas Lapierre, le coordonnateur régional pour le syndicat des Métallos, estime que les travailleurs d'Aramark sont payés en moyenne 15 dollars de l'heure de moins que les employés de la minière.

On n’a pas fait de demandes sur les vacances, on n’a pas fait de demandes sur les congés fériés, on n’a pas fait de demandes sur d'autres clauses d'incidences monétaires, explique M. Lapierre.

Nicolas Lapierre, assis à son bureau

Nicolas Lapierre, coordonnateur des Métallos pour les régions de la Côte-Nord, de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent et des Îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

On a dit à l'employeur "écoutez, on a été responsables ailleurs, mais là maintenant il est temps qu'on passe à la caisse!" C'est des travailleurs, travailleuses qui gagnent 20 dollars de l'heure […] et ils veulent améliorer substantiellement leur salaire horaire et c'est le mandat qu'ils nous ont donné avec un mandat de grève à 100 %!, poursuit-il.

Le syndicat compte argumenter que considérant la pénurie de main-d’œuvre et le fort roulement de personnel, cette augmentation salariale est justifiée.

Outre la question salariale, les autres clauses pour le renouvellement de la convention collection sont réglées, toujours selon Nicolas Lapierre.

IOC n'a pas encore réagi pour le moment et Aramark ne veut pas commenter la situation.

Avec les informations de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Relations de travail