•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Airbnb : Toronto peut encadrer les locations, tranche un tribunal

Un aperçu de l'application Airbnb sur une tablette où on voit le logo et une photo de piscine.

Le site web Airbnb facilite la location de logements à court terme.

Photo : Getty Images / John MacDougall

Radio-Canada

Le Tribunal d'appel de l'aménagement local de l'Ontario a rejeté un appel de résidents de Toronto sur la réglementation adoptée en 2017 par la Ville, qui encadre les locations à court terme comme on en trouve sur Airbnb.

Le membre du tribunal administratif, Scott Tousaw a affirmé dans sa décision que si les données sont contestées, il est clair que chaque location à court terme retire un logement permanent du marché locatif.

Il a estimé que les règlements de Toronto, qui n'autorisent pas la location à court terme d'une résidence secondaire, offrent quand même un certain nombre d'options aux Torontois en leur permettant de louer des chambres dans leur résidence principale, tout en ne menaçant pas l'offre limitée de logements dans la ville.

Il a ajouté que la réglementation offre un équilibre raisonnable entre les besoins en logement et l'appui aux secteurs du tourisme et du commerce.

Par voie de communiqué, le maire de Toronto, John Tory, a salué la décision du Tribunal d'appel de l'aménagement local de l'Ontario.

C'est une bonne nouvelle pour les résidents de Toronto et un pas dans la bonne direction lorsqu'il s'agit de réglementer la location à court terme et de garder nos quartiers vivables.

John Tory, maire de Toronto

Fairbnb, une coalition de groupes de défense des droits des locataires, de groupes communautaires, de propriétaires d'hôtels et d'associations de copropriétés, qui a milité en faveur de la réglementation, affirme que cette décision est une victoire pour tous les locataires de la province.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Affaires municipales

Société