•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les colonies israéliennes conformes au droit international, selon Washington

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a fait cette déclaration lundi au département d'État.

Photo : Reuters / Yara Nardi

Radio-Canada

Le gouvernement américain ne considère plus que les colonies israéliennes de Cisjordanie sont contraires au droit international, comme le stipule depuis 1978 un avis juridique du département d'État.

Le secrétaire d'État, Mike Pompeo, en a fait l’annonce lundi. Pour l’administration Trump, toute question juridique à ce sujet devrait être traitée par les tribunaux israéliens.

Après avoir examiné soigneusement tous les arguments de ce débat juridique, [nous concluons que] l'établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n'est pas en soi contraire au droit international.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo

Cette annonce intervient un an et demi après le déplacement de l’ambassade des États-Unis vers Jérusalem, qui reconnaissait cette ville comme la capitale d’Israël, et la fermeture du bureau diplomatique palestinien à Washington.

Les colonies israéliennes installées sur les territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967 sont jugées illégales par l'ONU. Une grande partie de la communauté internationale y voit un obstacle majeur à la paix.

Israël applaudit, Palestiniens et Européens condamnent

La décision, rapidement saluée par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, risque de faire réagir les Palestiniens ainsi que la communauté internationale et de mettre à mal le plan de paix promis par les États-Unis.

Pour M. Nétanyahou, cette décision corrige une erreur historique.

L’administration américaine n'est pas qualifiée ou autorisée à annuler des dispositions de droit international et n'a pas le droit de légaliser des colonies israéliennes, a pour sa part déclaré dans un communiqué le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina, qui a ajouté que cela est en contradiction totale avec le droit international.

Le négociateur palestinien Saeb Erekat a quant à lui dénoncé une décision irresponsable.

La Jordanie y voit carrément un changement de ligne aux dangereuses conséquences.

L'Union européenne, qui condamne la politique de colonisation israélienne, a rappelé sa position claire et inchangée.

Toute activité de colonisation est illégale au regard du droit international et compromet la viabilité de la solution à deux États et les perspectives d'une paix durable, a déclaré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

L'UE demande à Israël de mettre fin à toute activité de colonisation, conformément à ses obligations en tant que puissance occupante.

Federica Mogherini, cheffe de la diplomatie européenne

Même si elle a une portée symbolique, cette décision pourrait par ailleurs aider Benyamin Nétanyahou, qui joue actuellement sa survie politique après avoir échoué à former un gouvernement de coalition à la suite de la plus récente élection israélienne, tenue en septembre dernier.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Moyen-Orient

International