•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des appels menaçants pour frauder les immigrants

Aline Bimenyimana a été victime d'une tentative de fraude par un prétendu agent d'immigration

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Alexandre Duval

« Là, on est dans quelque chose qu'on n'avait pas vu au préalable », s'inquiète la directrice du Centre multiethnique de Québec. Depuis quelques mois, son organisation constate que des immigrants sont la cible d'arnaqueurs qui utilisent leur « vulnérabilité » pour tenter de les frauder par téléphone.

Malheureusement, certains tombent dans le panneau. C'est le cas d'Aline Bimenyimana, une jeune mère de famille arrivée de la République démocratique du Congo il y a tout juste un an et qui a utilisé les services du Centre multiethnique.

Au début du mois d'octobre dernier, elle a reçu un appel en anglais. Au bout du fil, l'homme se faisait passer pour un agent d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Quand ils ont commencé à me poser leurs questions, moi, l'idée n'est pas venue dans ma tête que ce sont des fraudeurs, raconte la femme de 33 ans. Devant l'insistance de son interlocuteur, elle a fini par se compromettre.

Aline Bimenyimana retrace l'appel frauduleux dont elle a été victime le 9 octobre

Aline Bimenyimana retrace l'appel frauduleux dont elle a été victime le 9 octobre.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Les choses que je leur ai données, c'était mon numéro d'assurance sociale, mon numéro de carte de crédit, de carte de débit, le montant dans mon compte et l'argent limite de ma carte de crédit, énumère-t-elle, sachant bien qu'elle n'aurait pas dû.

Des menaces

L'appel est ensuite devenu agressif. L'homme l'accusait notamment d'être une consommatrice de drogues et une fraudeuse.

Résidente permanente, Mme Bimenyimana s'est mise à paniquer. Si on t'accuse de choses pareilles, je me suis dit l'immigration va dire : "pourquoi on a emmené une telle chose au Canada"! J'avais tellement peur!

Ils m'ont dit madame, tu es fraudeur. On va envoyer la police pour te chercher. Si tu ne veux pas que la police t'arrête, il faut que tu nous donnes 1000 $.

Aline Bimenyimana
Aline Bimenyimana consulte le registre de ses appels sur son téléphone cellulaire

Aline Bimenyimana consulte le registre de ses appels sur son téléphone cellulaire

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Mme Bimenyimana n'a finalement jamais transféré d'argent. Elle aurait alors demandé le nom et les coordonnées de son interlocuteur pour assurer un suivi. Ils ont coupé [l'appel] directement, dit-elle.

À ce jour, le fait qu'elle ait transmis son numéro d'assurance sociale ne lui a toujours pas causé d'ennui. Elle craint toutefois que cela finisse par rebondir tôt ou tard.

Préoccupant

Aussi inquiétant soit-il, le cas de Mme Bimenyimana n'est pas unique. Le Centre multiethnique de Québec a eu vent d'autres appels semblables, commis au nom de l'Agence de revenu du Canada (ARC) ou d'IRCC.

C'est inquiétant parce qu'on n'a pas d'emprise là-dessus, se désole la directrice, Dominique Lachance.

C'est vraiment la personne [seule] avec son téléphone. On va vraiment chercher la corde sensible : "vous allez perdre votre statut, on va venir vous chercher, les agents d'immigration vont venir chez vous."

Dominique Lachance est assise dans son bureau, elle porte des lunettes et un foulard sur ses épaules.

Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec

Photo : Radio-Canada

Pour contrer ce stratagème, le Centre multiethnique de Québec souhaite adapter rapidement ses activités de prévention. Actuellement, les immigrants sont surtout sensibilisés aux tentatives de fraude qui ont lieu en personne.

Le contenu était plus pour la fraude faite en mode porte-à-porte. On va actualiser, ça c'est sûr. On va informer les gens dès leur arrivée que le numéro d'assurance sociale ne doit pas être donné à qui que ce soit.

Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec

Selon Dominique Lachance, entre 800 et 1200 nouveaux arrivants utilisent les services du Centre multiethnique de Québec chaque année.

Des stratégies qui évoluent

Depuis 2014, des fraudes totalisant plus de 17 millions de dollars ont été commises au nom de l'ARC et de l'IRCC, selon les données du Centre antifraude du Canada.

C'est une bonne portion des rapports qu'on reçoit à notre bureau, analyse Lisanne Roy-Beauchamp, superviseure des opérations du centre d'appels au Centre antifraude du Canada.

Or, les tentatives de fraude en utilisant l'IRCC et l'ARC semblent à la baisse cette année, par rapport à 2018. Les fraudeurs ont changé leur modus operandi, explique Mme Roy-Beauchamp.

Selon elle, les noms d'autres organismes, comme Service Canada ou le ministère de la Justice du Canada, sont de plus en plus utilisés par les fraudeurs.

Mme Roy-Beauchamp explique également que les fraudeurs savent désormais comment usurper les vrais numéros de téléphone de ces organismes, ce qui rend leurs manœuvres encore plus crédibles.

Le numéro de téléphone que vous voyez sur votre afficheur, à ce point-ci, vous ne pouvez plus lui faire confiance.

Lisanne Roy-Beauchamp, superviseure des opérations du centre d'appels au Centre antifraude du Canada

Pour éviter de se retrouver pris au piège, Mme Roy-Beauchamp suggère carrément de ne pas répondre aux appels non sollicités. Si vous répondez et qu'on vous demande de donner des renseignements personnels, raccrochez la ligne, dit-elle.

Pour joindre le Centre antifraude du Canada : 1-888-495-8501

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Fraude