•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province pourrait financer un centre d’injection supervisée à Saskatoon

Un homme sur le point de consommer des drogues avec une seringue.

L'organisme AIDS Saskatoon a un projet de centre d'injection supervisée depuis près d'un an.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Le gouvernement de la Saskatchewan envisage de financer l’instauration d’un premier site d’injection supervisée dans la province à Saskatoon.

Même si rien n’est confirmé pour l’instant, le ministre de la Santé de la Saskatchewan, Jim Reiter, indique que des discussions auront lieu à cet effet au sein du gouvernement en prévision du budget 2020.

Je veux investir là où les besoins sont les plus grands, affirme-t-il, tout en ajoutant qu’il entend faire pression auprès de ses collègues pour que plus d’argent soit octroyé pour aider les personnes atteintes de troubles de santé mentale ou aux prises avec des dépendances.

Jim Reiter, ministre de la Santé de la Saskatchewan.

Le ministre de la Santé de la Saskatchewan, Jim Reiter, n'exclut pas la possibilité de financer le projet d'un site d'injection supervisée à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Trent Peppler

L’organisme AIDS Saskatoon, qui vient en aide aux personnes porteuses du VIH et de l’hépatite C, a annoncé en février dernier vouloir instaurer un site d’injection supervisée.

Le groupe demande aujourd’hui une somme de 1,3 million de dollars annuellement au gouvernement pour couvrir les frais liés à l’embauche de personnel, notamment.

Le site devait être inauguré à l’automne 2019, mais le projet été reporté à l’année prochaine afin de permettre à l’organisme de mettre en place toutes les mesures nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du lieu.

Santé Canada a déjà donné son autorisation à AIDS Saskatoon pour ouvrir un site d’injection supervisée où les personnes peuvent consommer des drogues par inhalation, par injection ainsi que par voie nasale ou orale.

Les détails entourant le site d’injection supervisée n’ont pas encore été divulgués, mais Sandhia Vadlamudy, directrice de l'Association des intervenants en dépendance du Québec, insiste sur l’importance d'inclure aussi les personnes qui inhalent des drogues.

C'est une offre diversifiée et complète que ça prend pour avoir vraiment un impact, un impact à moyen et long terme avec les personnes qui vivent des troubles de l'usage de substances

Sandhia Vadlamudy, directrice de l'Association des intervenants en dépendance du Québec

Selon Sandhia Vadlamudy, bon nombre d'usagers ne consomment pas qu'un type de substance.

Un utilisateur de méthamphétamine en cristaux

La Saskatchewan est une province où la consommation de méthamphétamine en cristaux est importante depuis plusieurs années, affirment les autorités.

Photo : CBC

Investissements nécessaires

Le directeur général d’AIDS Saskatoon, Jason Mercredi, est d’avis qu’il est devenu nécessaire d’investir dans un projet semblable en Saskatchewan et dit avoir bon espoir que le gouvernement contribuera financièrement à enrayer le problème de consommation de drogues.

Lorsque vous voyez le nombre de surdoses qui surviennent au sein de la communauté, un lieu comme celui-là devient indispensable, note-t-il.

Jason Mercredi croit aussi qu’en ouvrant un site de consommation sécuritaire accessible 24 h sur 24, son organisme aiderait à désengorger les hôpitaux.

AIDS Saskatoon estime que 250 personnes pourraient bénéficier d’un tel projet chaque jour.

Jason Mercredi prépare une boîte pour des échanges de seringues au bureau actuel de l’organisme

Jason Mercredi, le directeur de AIDS Saskatoon, indique que des employés paramédicaux travailleront dans le futur centre d’injection supervisée à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Don Somers

Selon Santé Canada, 41 sites d’injection supervisée ont été autorisés en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario et au Québec.

Trois d’entre eux ne sont cependant pas encore ouverts.

Avec les informations d'Alexis Lalemant.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Politique provinciale