•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une algue de la côte ouest pour s'attaquer aux flatulences des bovins

Des vaches paissent dans un pré.

L'étude cherche des moyens de réduire la production de méthane chez les vaches plutôt que de réduire le nombre de bovins.

Photo : AFP/Getty Images / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

Radio-Canada

Des chercheurs en élevage de bovins de l’Université Thompson Rivers, à Kamloops, en Colombie-Britannique, se tournent vers une algue de la côte ouest pour s’attaquer à la production de méthane des bovins et ainsi lutter contre le changement climatique.

Des études menées en Australie et en Californie ont démontré qu'une souche d'algues pouvait faire passer la production de méthane chez les bovins de 60 à 80 %.

Un homme montre à la caméra une photo de vaches.

John Church est professeur agrégé en sciences des ressources naturelles à l'Université Thompson Rivers et la Chaire régionale d'innovation en durabilité de l'industrie bovine.

Photo : Radio-Canada

Le professeur John Church veut pousser ces recherches encore plus loin, en utilisant une espèce d'algue locale contenant le composé chimique appelé bromoforme. Cette espèce d'algues brunes envahissante, qui s'est emparée de la côte ouest de l'île de Vancouver, présente un avantage majeur : les vaches semblent aimer la manger.

Les vaches ne trouvaient pas les algues appétissantes dans des études australiennes et californiennes. Les algues devaient être réduites en poudre, mélangées à leur nourriture et il fallait ajouter de la mélasse, explique le chercheur. Ce dernier parvient maintenant à nourrir les vaches à la main.

Responsable de près de 15 % des émissions mondiales

Les rots et les flatulences des quelque 1,5 milliard de bovins sur la planète ajoutent du méthane, un gaz qui capte plus efficacement la chaleur que le dioxyde de carbone, dans l'atmosphère. Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, environ 14,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont dues au bétail.

La prochaine étape de la recherche consiste à déterminer la quantité de bromoforme contenue dans les algues et à poursuivre les études sur la digestibilité du composé pour le bétail.

Ajouter des algues dans l'alimentation du bétail ne sera pas compliqué à implanter, puisqu'elles sont déjà approuvées par l'Agence canadienne d'inspection des aliments en tant qu'ingrédient alimentaire.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Recherche