•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Blanchette Joncas : nouveau député, défis multiples

Maxime Blanchette-Joncas répond aux questions d'un journaliste dans son bureau.

Le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À l'issue du scrutin du 21 octobre, la Chambre des communes compte maintenant 90 députés (sur 338) qui n'ont jamais siégé au parlement fédéral, dont le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas.

Élu le 21 octobre aux côtés de 32 collègues du Bloc québécois, Maxime Blanchette-Joncas s'affaire depuis trois semaines à apprendre son métier de député, ce qui inclut la tâche de mettre sur pied son bureau de comté.

Le député dispose de près de 400 000 $ pour embaucher du personnel, aménager son bureau de circonscription et couvrir ses frais de représentation.

Le premier caucus du Bloc québécois après le scrutin du 21 octobre.

Le premier caucus du Bloc québécois après le scrutin du 21 octobre.

Photo : Facebook/Maxime-Blanchette-Joncas-Bloc québécois

Des employés compétents plutôt que partisans

Pour former son équipe, Maxime Blanchette-Joncas dit chercher les meilleurs collaborateurs et non pas seulement des militants de son parti.

Pour ma part, ce sont les compétences avant les connaissances, précise le député.

Dans cet esprit, il a publié sur sa page Facebook une offre d'emploi pour recruter les employés qui l'épauleront au Parlement et dans sa circonscription.

Il n'a cependant pas encore déterminé combien il aura de bureaux sur le territoire qu'il représente.

Je veux m'assurer [de voir] ce qui est le plus fonctionnel. Quand je regarde le Témiscouata ou les Basques, des milieux plus ruraux, [je veux] savoir si eux ont besoin d'une accessibilité en tout temps.

Maxime Blanchette-Joncas, député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Le député espère que son bureau sera pleinement fonctionnel d'ici peu. Entre temps, il a commencé à éplucher la masse des documents que lui a transférés le député sortant, Guy Caron.

C'est de mettre en ordre une planification des priorités, analyser. C'est beaucoup de lectures, affirme M. Blanchette-Joncas.

J'ai de bonnes ressources autour de moi. Il y a d'anciens députés qui m'épaulent fortement. Ça m'aide beaucoup dans mon travail, dit-il.

L'aide vient aussi de la Chambre des Communes. Le nouvel élu a eu droit à deux sessions de formation intensive à Ottawa sur son rôle de député.

Maxime Blanchette-Joncas devant le parlement

Le député Maxime Blanchette-Joncas (à droite) à Ottawa.

Photo : Facebook/Maxime-Blanchette-Joncas-Bloc québécois

Qui plus est, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, l'a récemment nommé porte-parole de l'opposition pour les comptes publics, de la voie maritime du Saint-Laurent et le tourisme.

Le chef m'a donné comme mandat de porter un œil attentif à toute la rétrocession des ports de l'Est-du-Québec, explique M. Blanchette-Joncas.

Le député siégera pour la première fois dans trois semaines, lors du début des travaux parlementaires, prévu le 5 décembre.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Politique fédérale