•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Industrie forestière : des élus veulent de l’aide temporaire et des solutions

Trois femmes et trois homme assis autour d'une table dans une salle de conférence.

Le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon (au centre), a organisé une rencontre avec des élus régionaux, dont le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe (à droite).

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Radio-Canada

Bon nombre d'élus de la région de l'Outaouais ont uni leur voix lundi pour demander à Québec de sauver l'industrie forestière qui périclite depuis la fermeture temporaire de Fortress et la cessation des activités de coupe forestière de Lauzon Planchers de bois exclusifs, de Papineauville.

Le préfet de la MRC de Papineau et maire de Thurso Benoit Lauzon a pris le premier la parole lors d'une rencontre d'urgence lundi matin. Il a formulé deux demandes au gouvernement caquiste : des mesures transitoires afin d'assurer la continuité des opérations forestières en Outaouais et un comité de travail formé et mandaté « pour analyser la situation de l'industrie forestière en Outaouais et recommander des solutions durables ».

Il a demandé à participer à ce comité avec la préfète de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche.

Notre objectif, c'est que l'ensemble de nos travailleurs retournent au travail le plus tôt possible, a-t-il martelé.

L'entreprise Lauzon Planchers de bois exclusifs, de Papineauville, a annoncé vendredi qu'elle cesserait ses activités de coupe forestière et que cette décision était liée à la fermeture temporaire de la papetière Fortress, à Thurso, qui jusque-là lui achetait ses copeaux de bois.

Quelque 165 travailleurs forestiers de l'Outaouais et des Laurentides se retrouvent sans emploi.

M. Lauzon avait reconnu les défis de l'industrie auxquelles la filière doit faire face.

Nous sommes tous conscients que l'industrie forestière en Outaouais vit une crise majeure, une des pires de son histoire.

Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau

Le défi du coût d'approvisionnement

Lors de la conférence de presse, il a spécifié ces défis.

Le plus grand défi de l'industrie est le coût d’approvisionnement des usines, qui a explosé depuis la mise en place du nouveau régime forestier qui est en vigueur depuis avril 2013, a-t-il précisé. Cette augmentation vient enlever toute marge de manœuvre et fragilise énormément l'ensemble de l'industrie forestière en Outaouais.

Vous savez, a-t-il ajouté, depuis la fermeture de Fortress, on parle beaucoup de l’impact du marché, du prix de vente qui a chuté littéralement, du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine et plein de facteurs sur lesquels nous n'avons aucun contrôle.

Pour sa part, Chantal Lamarche a sommé Québec d'agir.

On va laisser M. Lacombe retourner à Québec et on va être en attente du gouvernement en place pour répondre à nos deux demandes qui sont assez urgentes, a poursuivi la préfète de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau, dont le territoire est aussi touché par cette crise.

Elle dit craindre que des centaines de personnes ne perdent leur emploi et ne se retrouvent sans chômage dans La Vallée-de-la-Gatineau.

Le ministre responsable de la région de l'Outaouais et député de Papineau, Mathieu Lacombe, a assuré avoir bon espoir de trouver des solutions pour contrer la crise.

Définitivement, il faut trouver des solutions pour l’Outaouais, parce que là, on a une crise.

Mathieu Lacombe, député de Papineau et ministre responsable de l'Outaouais

Il craint également que la cessation des activités de Lauzon Planchers de bois exclusifs n'entraîne d'autres fermetures d'entreprises forestières.

Une rencontre extraordinaire du conseil des maires de la MRC de Papineau aura lieu mercredi à 15 h 30 pour entériner les demandes faites à Québec.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Industrie forestière