•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une journée sans temps supplémentaire obligatoire pour des infirmières de l'Abitibi-Témiscamingue

une infirmière de dos poussant une civière dans un corridor

Les infirmières de l'Abitibi-Témiscamingue ont tenu une journée sans temps supplémentaire obligatoire.

Photo : Shutterstock / John Panella

Radio-Canada

Les infirmières de l'Abitibi-Témiscamingue membres de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) tenaient une journée sans temps supplémentaire obligatoire (TSO) de vendredi 16h à samedi 16h.

L'objectif du syndicat est de démontrer que l'employeur peut arriver à éviter le temps supplémentaire obligatoire lorsqu'il est bien préparé.

La présidente par intérim de la FIQ dans la région, Véronique Éthier, affirme que la journée s'est bien déroulée et que personne n'a fait de temps supplémentaire obligatoire.

Elle affirme d'ailleurs que le syndicat recevrait un peu moins de plaintes liées à cette problématique depuis quelques semaines.

Quand l'employeur prend la peine de se donner les moyens pour trouver les solutions pour faire les horaires de façon régulière, on le voit qu'il est capable de le faire sans aller au temps supplémentaire obligatoire, dit-elle.

C'est la FIQ, qui représente 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires et autres professionnelles en soins au Québec, qui a lancé ce mouvement : une journée sans heures supplémentaires obligatoires.

Les infirmières avaient déjà tenu une journée similaire, le 8 avril dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé