•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuivi par la famille d'une victime, le président d'Air Saguenay critique le BST

Deux hommes se font photographier juste à côté d'une croix.

Jean Tremblay (à droite sur la photographie) s'est rendu sur place avec le chef pilote d'Air Saguenay, Alain Lecot.

Photo : avec l'aimable autorisation de Jean Tremblay

Radio-Canada

Poursuivi par la famille d'une des victimes de l'écrasement d'un hydravion au Labrador l'été dernier, le président d'Air Saguenay, Jean Tremblay, critique le dispositif de recherche du Bureau de la sécurité des transports (BST).

Dans la poursuite qui sera déposée à la Cour suprême du Labrador, l'avocat de la famille de Clifford Randell entend démontrer que l'accident était dû à une erreur de pilotage.

Jean Tremblay s'attendait à une telle poursuite, mais il rappelle que le BST n'a pas encore été en mesure de déterminer la cause de l'écrasement puisque l'hydravion d'Air Saguenay repose toujours au fond du lac Mistastin, au nord du Labrador.

C'est sûr qu'il y a une erreur, il y a eu un accident. Forcément il y a eu une erreur, mais on ne saura jamais laquelle, affirme-t-il.

Le président d'Air Saguenay soulève d'ailleurs des interrogations sur le dispositif des recherches menées par le BST.

Je trouve dommage que la carlingue, quand ils l'ont retrouvée, selon moi elle aurait dû être sécurisée pour ne pas la perdre, dit-il.

Clifford Randell, dont le corps a été retrouvé neuf jours après l'écrasement, était l'un des deux guides de cette expédition de pêche. Sept personnes sont mortes lors de cet accident et trois corps n'ont toujours pas été retrouvés.

Réaction du BST

Le Bureau de la sécurité des transports défend son intervention après l'accident en précisant notamment que les activités de recherche et de sauvetage ne sont pas de son ressort.

Dans le cas de l’accident du lac Mistastin, l’éloignement des lieux et les mauvaises conditions météorologiques ont posé des problèmes logistiques, qui ont retardé l’arrivée des premiers intervenants et du BST. L’aéronef a coulé dans l’intervalle, a précisé par écrit la gestionnaire des communications stratégiques et des relations avec les médias, Josée Coallier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Accidents et catastrophes