•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation d'impôts ou coupes de services, le dilemme des conseillers winnipégois

Entrée d'une caserne de pompiers.

D’après les fonctionnaires de la Ville, les mesures de réductions de dépenses pourraient mener à la réduction du nombre d’agents de police, la fermeture de la caserne de pompiers de Saint-Boniface, de bibliothèques, de piscines et d'arénas, ainsi qu'à la réduction du nombre d’heures de fonctionnement des bus de la Winnipeg Transit.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal/CBC

Radio-Canada

Dans le cadre d’un nouveau processus budgétaire à l’hôtel de ville, les services de police, de pompiers et de transports en commun de Winnipeg ainsi que d’autres services ont été invités à limiter l’augmentation de leurs dépenses, ce qui pourrait les conduire à réduire leurs services aux citoyens.

Au cours de la dernière semaine, une série de réunions extraordinaires ont eu lieu pour donner l’occasion aux hauts fonctionnaires d’expliquer les conséquences de ces limites imposées aux dépenses.

D’après les fonctionnaires de la Ville, ces mesures pourraient mener à la réduction du nombre d’agents de police et à la fermeture de la caserne de pompiers de Saint-Boniface, de bibliothèques, de piscines et d'arénas publics ainsi qu'à la réduction du nombre d’heures de fonctionnement des bus de la Winnipeg Transit.

Cette solution est totalement arbitraire, selon le conseiller de Mynarski Ward, Ross Eadie.

M. Eadie soutient que la réduction de dépenses demandée par la Ville obéit uniquement à l’engagement pris par le maire Brian Bowman lors de sa campagne de 2018.

Celui-ci avait alors promis aux électeurs de limiter les hausses d’impôts fonciers à 2,33 % par an et de consacrer la majeure partie des revenus de ces impôts aux travaux de réfection des routes.

La réalité est que nous devons couper les services, si vous ne voulez pas augmenter les impôts fonciers. C’est la vie, a déclaré M. Eadie, samedi, à l’issue d’une réunion extraordinaire du comité le Comité de la protection des services communautaires et des parcs.

Nous n’avons pas le choix. L’argent de la Ville provient en grande partie des impôts fonciers. La province ne veut pas nous aider., affirme Ross Eadie.

Le conseiller de Mynarski Ward accuse le maire de n’avoir pas été transparent avec les Winnipégois lors des dernières élections. Selon lui, M. Bowman a induit le public en erreur lorsqu’il a omis de révéler le manque d'argent auquel Winnipeg était sur le point de faire face.

Un homme parle à un lutrin.

Brian Bowman explique les propositions budgétaires de la Ville de Winnipeg pour 2019.

Photo : Radio-Canada / Camille Gris Roy

Le maire a déclaré que sa promesse de campagne dépendait d’un financement stable de la province. « Nous ne pouvons pas envisager s’il y aura de vraies coupures dans leur soutien et [...] nous devons être transparents et honnêtes avec les Winnipégois [c’est] un risque », a dit M. Bowman.

Les octrois de la province

La province n’a pas réduit le financement qu'elle verse à la ville, mais elle n’a pas fourni de fonds supplémentaires pour la plupart des services municipaux, ce qui équivaut à une réduction de financement si l'on considère l'augmentation des coûts.

La conseillère de Fort Rouge-Est Fort Garry, Sherri Rollins, qui préside Comité de la protection des services communautaires et des parcs, a refusé de préciser si le nouveau processus budgétaire de l’Hôtel de Ville est destiné à pousser le public à accepter une hausse de taxes plus forte que prévu.

Je laisserai le maire répondre , a déclaré Mme Rollins, ajoutant que la décision de limiter les hausses d’impôts fonciers à 2,33 % par an incombe à M. Bowman.

C’est la direction qu’il a donnée à ceux d’entre nous qui siègent au comité exécutif.

Une femme, souriante, dans un bureau.

Sherri Rollins a été élue conseillère municipale dans Fort Rouge-Fort Garry Est.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Le bureau du maire n’a pas répondu directement à une question concernant une hausse plus élevée de l’impôt foncier.

Dans le cadre de ce nouveau processus d’équilibre budgétaire pluriannuel, des décisions difficiles seront à prendre, a déclaré le porte-parole du maire, Jeremy Davis, dans un communiqué.

Le communiqué indique également que la maire attend les avis des conseillers des différents comités.

Selon Mme Rollins, il est trop tôt pour envisager une augmentation des impôts fonciers.

De son côté, le président du syndicat des pompiers de Winnipeg, Alex Forrest, a souligné que la Ville doit augmenter les taxes pour maintenir un bon niveau de services.

Alex Forrest est photographié dans un bureau, devant une photo d'époque.

Alex Forrest est le président du Syndicat uni des pompiers de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Ces dernières années, nous avons eu des augmentations de taxes minimes et c’est ce qui a conduit à la disparition d'infrastructures et de services, dit-il. Cela doit cesser et j’espère que le conseil de cette année fera preuve de leadership et préconisera l’augmentation des taxes dont cette ville a besoin pour pouvoir être de classe mondiale.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Finances publiques