•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Neige hâtive : les Producteurs de grains du Québec demandent de l'aide gouvernementale

Le reportage de Félix Morrissette-Beaulieu

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Radio-Canada

Les Producteurs de grains du Québec (PGQ) demandent une rencontre d’urgence avec le gouvernement de François Legault, vu que l’hiver hâtif a de dures conséquences sur les récoltes de maïs et de soya. Le ministère de l'Agriculture affirme que cela était déjà prévu.

Après un printemps froid et pluvieux qui a retardé la croissance des semis, 74 % des récoltes de maïs et 10 % des récoltes de soya n’ont pas encore été ramassées et se retrouvent maintenant sous la neige, affirment les producteurs, qui réclament une meilleure protection contre les effets des intempéries sur la production de grains.

C’est une période exceptionnellement désastreuse pour les récoltes de grains au Québec. Après des récoltes de céréales et de canola excessivement difficiles, c’est maintenant au tour des producteurs de maïs et de soya de se retrouver dans le pétrin. […] Nous en appelons maintenant à la sensibilité du gouvernement face à une situation extrême et totalement imprévisible, a affirmé dimanche le président des PGQ, Christian Overbeek, dans un communiqué.

En plus d’une baisse de rendement, la neige provoque une forte baisse de la qualité des grains et des coûts de récolte plus élevés, insistent les producteurs, qui affirment qu’une réelle détresse commence à se faire sentir sur le terrain.

Le ministère de l'Agriculture se demande toutefois quelle est la raison de cette sortie, puisque pas plus tard que vendredi, assure-t-il, il avait déjà convenu avec le directeur général des PGQ, Benoît Legault, de discuter du problème.

« Le vendredi 15 novembre dernier, le cabinet du ministre Lamontagne a déjà convenu avec M. Benoit Legault, directeur général des Producteurs de grains du Québec, de tenir une rencontre avec les membres de la Financière agricole du Québec dans les plus brefs délais », a déclaré l'attachée de presse Laurence Voyzelle dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Une « cellule de crise » est réclamée

Pour sa part, en entrevue à ICI RDI, Benoît Legault a expliqué que les producteurs de grains souhaiteraient que le ministre de l’Agriculture mette en place une cellule de crise pour regarder comment il serait possible de maximiser les programmes d’aide qui existent présentement.

Ce n’est pas inhabituel de récolter un petit peu dans la neige, quelques superficies, mais là c’est un enchaînement d’événements. Printemps tardif, pluie. Donc, on a pris un retard de trois semaines. L’été a été moyen aussi, a-t-il commenté.

En plus des conditions météorologiques difficiles, les producteurs ont eu également en 2019 une année problématique au chapitre des exportations, ce qui fait que le stress s’accumule, a souligné M. Legault.

Les producteurs ont eu à faire face au courant de l’année à un gros conflit commercial avec la Chine. Et notre marché a été inondé de soya américain, a-t-il indiqué, disant que son syndicat est en contact avec le gouvernement depuis des mois pour régler la problématique plus générale de soutien au niveau de la sécurité du revenu des producteurs de grains.

Lorsque la Chine a imposé des droits de douane sur le soya américain, qu'elle a levés en septembre dernier, les acheteurs chinois se sont tournés vers le marché canadien. Le gouvernement américain a alors commencé à subventionner ses producteurs de soya, obligeant les producteurs canadiens à faire face à des prix plus bas et à une concurrence accrue dans le reste du monde.

Puis, un mois après l'arrestation à Vancouver de la directrice financière du géant des télécommunications Huawei, le 1er décembre 2018, les exportations de soya canadien vers la Chine ont considérablement baissé.

Se dépêcher avant la pluie verglaçante

À Saint-Henri, près de Lévis, les producteurs s’activent dimanche afin de récolter le plus de maïs possible, avant l’arrivée de la pluie verglaçante, qui devrait tomber lundi soir.

Un tracteur dans un champ de maïs.

Une grande partie des récoltes se retrouvent toujours sous la neige.

Photo : Radio-Canada / Hans Campbell

Régent Carrier a commencé à travailler à 4 h et compte être dans son champ jusqu’à 22 h.

M. Carrier s'estime chanceux, car il pense pouvoir ramasser toute sa récolte, ce qui ne sera pas le cas de tout le monde, dit-il. Il note cependant que l’équipement qu’il utilise n’est pas adapté au travail dans la neige et que la qualité du maïs qu’il récoltera est moindre et qu’il devra le vendre au rabais.

« L’année passée, on a fini à l’Halloween. On a eu une très belle année l’année passée, mais cette année, c’est une année à oublier », dit-il.

La valeur de la production annuelle de maïs au Québec étant d’environ 675 millions de dollars, c’est un peu plus de 500 millions de dollars de cette plante qui se trouvent toujours dans les champs, selon les PGQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Agriculture

Économie