•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une publicité anti-bilinguisme affichée à Moncton fait réagir

Une internaute a pris cette photo alors qu'elle suivait un autobus de Codiac Transpo, à Moncton.

Nicole Doiron a pris cette photo à Moncton alors qu'elle suivait un autobus de ville de Codiac Transpo.

Photo : Facebook / Nicole Doiron

Jessica Savoie

Codiac Transpo, la société de transport en commun à Moncton, a dû fournir des explications samedi soir, alors que l’un de ses autobus portait une publicité anti-bilinguisme.

C’est une internaute francophone qui s’en est prise à la publicité par l'entremise de son compte Facebook personnel.

Choquée de voir une telle affiche voyager dans les rues de Moncton, la femme a pris une photo de l’autobus pour la partager sur ses médias sociaux.

« Sentez-vous que l’implantation du BILINGUISME est allée trop loin? Joignez l’Association des droits des anglophones aujourd’hui pour vous assurer que votre voix est entendue! », peut-on lire sur la publicité en question.

En réponse à cette polémique, la société de transport Codiac Transpo a publié un communiqué de presse samedi soir.

« Nous avons appris l’existence d’une publicité sur un de nos autobus qui ne suit pas la position de la Ville en matière de bilinguisme », explique le communiqué.

Codiac Transpo indique dans son message que les contrats de publicité pour les autobus sont gérés par une entreprise du secteur privé et que ni la compagnie, ni la Ville de Moncton ne participent au processus d’évaluation des publicités vendues.

« [...] nous exigeons qu’elle [la publicité] respecte tous les résidents de notre communauté. Codiac Transpo a déjà communiqué avec l’entreprise pour que cette publicité soit enlevée », dit-elle.

Sur cette publication Facebook de la société de transport, anglophones et francophones se disputent la nature du message et son droit d’être affiché publiquement.

Dans un second message publié dimanche matin, Codiac Transpo ressent le besoin de calmer les gens et de leur demander de rester respectueux dans leurs propos.

« Nous comprenons que les gens ont des points de vue différents sur les sujets ; cependant, il n'y a aucune tolérance pour le langage irrespectueux et grossier, l'intimidation ou les attaques personnelles », peut-on lire dans la publication Facebook.

L’Association des droits des anglophones du Nouveau-Brunswick

Ce n’est pas la première publicité du genre que l’Association des droits des anglophones du Nouveau-Brunswick affiche dans une grande ville de la province.

En 2016, elle s'était payé un panneau publicitaire au centre-ville de Moncton pour sensibiliser la population aux droits des anglophones.

Le panneau publicitaire « Anglo have rights » (« les anglophones ont des droits ») était le premier du genre pour l'organisme. L'association affirme avoir financé ce projet de 1000 dollars à l'aide de dons.

Un panneau publicitaire.

Ce panneau publicitaire a été installé à Moncton en 2016.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Quelques semaines plus tard, l’Association avait organisé une rencontre à Moncton, où plus de 200 anglophones s’étaient déplacés. Un groupe de militants francophones avait tenté d’assister à la réunion, mais avait été escorté à l’extérieur « sous une pluie d’insultes ».

« Avec ce groupe-là, on propage depuis très longtemps des faussetés au niveau du bilinguisme », affirme Michel Doucet, un avocat spécialisé en droits linguistiques.

« Malheureusement, en permettant qu'ils puissent l'annoncer sur une entreprise d'une municipalité, dans ce cas-ci, ça leur donne une certaine légitimité, une certaine visibilité », déplore M. Doucet.

Alors que de la controverse se poursuit, les membres se sont réunis à deux reprises dimanche dans le Grand Moncton. L’organisme prépare toujours des rencontres pour ses membres au Nouveau-Brunswick, majoritairement à Saint-Jean, Moncton, Riverview et Fredericton.

Avec des renseignements de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Francophonie