•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de déneigeurs en Estrie

Un camion de déneigement souffle la neige.

L'Estrie connaît une pénurie de déneigeurs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Surprise par la tempête de neige plus tôt cette semaine, des Estriens ont tenté de se trouver un déneigeur, sans succès.

En Estrie, comme à bien des endroits au Québec, il y a pénurie de déneigeurs.

Des entreprises cessent leurs activités

Le déneigeur Benoit Lacharité souligne que la compétition est de moins en moins féroce dans le domaine en raison de la fermeture de bien des entreprises.

Il y a jusqu'à une douzaine de déneigeurs qui ont cessé leurs activités. Donc si on met les petites compagnies qui ont 100 clients, ça fait 1200 clients, analyse-t-il.

Les résidents à la recherche d'un déneigeur commencent à désespérer. Les appels sont nombreux, affirme Benoit Lacharité qui dit en avoir reçu une vingtaine.

Il y a des gens qui pleurent, qui nous appellent parce qu'il n'y a plus de déneigeurs. Ils disent Alain, peux-tu quand même nous déneiger, le prix que tu voudras, l'heure que tu voudras. Quand c'est rendu comme ça, ça fait même mal au coeur.

Alain Goulet, déneigeur

Un résultat de la pénurie de main-d’oeuvre

La pénurie de main-d’oeuvre se ferait ainsi sentir aussi dans ce secteur d’activité. Les travailleurs seraient aussi de plus en plus sélectifs, croit Alain Goulet.

Les gens y gagnent de plus en plus cher de l'heure, veulent travailler moins les fins de semaine, moins la nuit, explique Alain Goulet.

La hausse des frais d'exploitation et surtout les chutes de neige abondantes des derniers hivers n'ont pas aidé les entreprises.

On rouvre 100-155 fois dans un hiver. Quand le client me dit que c'est cher, si il prenait le temps de calculer, des fois je viens dans sa cour pour 25 sous. Là-dessus, il faut que je paye l'essence, mes assurances, moi-même, mes employés et la secrétaire.

Alain Goulet, déneigeur

Augmentation des tarifs

Pour certains déneigeurs, la hausse de tarifs était inévitable pour compenser les pertes financières des dernières années.

Benoit Lacharité explique qu’il a dû augmenter de 15% les tarifs demandés à la majorité de ses clients cette année.

Alain Goulet, pour sa part, affirme avoir perdu près de 20 000 $ depuis 2007.

D’après le reportage de Fanny Lachance-Paquette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Conditions météorologiques