•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

40 ans d’entrepreneuriat francophone au Nouveau-Brunswick

Un drapeau acadien.

Photo : Associated Press / Chitose Suzuki

Radio-Canada

Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CENB) célèbre le 40e anniversaire de sa fondation. C’était en 1979 qu’on assistait à la naissance du plus grand réseau d’affaires francophone des provinces de l’Atlantique.

Les membres de ce regroupement ont souligné cet anniversaire samedi à Moncton, à l’occasion de leur banquet annuel.

La mission du CENB a évolué au cours des quatre dernières décennies. Le paysage économique de l’Acadie était bien différent et la fibre entrepreneuriale moins présente en 1979, lorsqu’une proportion d’Acadiens plus grande qu’aujourd’hui étaient pêcheurs ou agriculteurs.

C’est dans ce contexte que le Conseil économique a été créé, afin d’aider les Acadiens à se lancer en affaires et à prendre une plus grande place dans l’économie de leur province.

Thomas Raffy en habit de gala devant un tapis rouge.

Thomas Raffy, président-directeur général du Conseil économique du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Le président-directeur général du CENB, Thomas Raffy, souligne l’importance de ce réseau, par lequel les francophones du Nouveau-Brunswick ont pu, ces 40 dernières années, transmettre leurs connaissances et leur expérience.

Nous avons des points de référence, quelque chose qui n'était pas là il y a 40 ans passés, souligne celui qui n’hésite pas à qualifier de visionnaires les Néo-Brunswickois qui ont formé ce réseau.

On a des modèles à suivre, on a des entreprises francophones qui sont dans leur deuxième, troisième génération, relate M. Raffy. Ce sont des fiertés de nos communautés.

Pour n'importe quel francophone qui veut se lancer en affaires, il y a des ressources qui sont disponibles. Nous avons différents acteurs économiques maintenant qui sont autour de la province qui peuvent justement les appuyer, les aider, mentionne-t-il.

Aujourd'hui, la mission du CENB ne se limite plus à la communauté acadienne. Selon Thomas Raffy, la connaissance du français est un atout et la technologie moderne permet de rejoindre des partenaires économiques au-delà des frontières.

Le Conseil économique entend justement cibler en particulier l’immigration francophone pour continuer faire prospérer la relève entrepreneuriale du Nouveau-Brunswick.

Rappelons qu’au Nouveau-Brunswick, un plan d’action mis en branle par le gouvernement progressiste-conservateur de David Alward en 2014 s’était donné pour objectif que 33 % des immigrants qui s’établiraient dans la province d’ici 2020 soient francophones.

L’actuel gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs a récemment reporté à 2024 l’atteinte de cet objectif.

D’après le reportage de Francis Pilon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Entrepreneuriat