•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de main-d'œuvre inquiète les ressources d'aide aux sans-abris

Le reportage de Sébastien Tanguay

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Radio-Canada

La pénurie de main-d'œuvre, combiné au froid des derniers jours, rend le travail des organismes d'aide à l'itinérance difficile. Certains doivent fermer leurs portes à des gens dans le besoin, faute de ressources pour prendre soin d'eux.

La Ville de Québec a battu un record de froid la nuit dernière. Pendant ce temps, des sans-abris ont été obligés de dormir à l'extérieur, en raison d'un manque de place dans des organismes.

Encore hier soir, on refusait neuf personnes par manque de places, déplore le directeur général de Lauberivière, Éric Boulay.

Selon ses observations, les besoins sont grandissants. Il faut maintenir les services en place. Et quand les services sont menacés par la pénurie de main-d'oeuvre, c'est inquiétant, ajoute-t-il.

Une situation d'urgence

À quelques coins de rue de Lauberivière, le Café rencontre du centre-ville offre des repas aux personnes vulnérables depuis 1987.

On n'est vraiment dans une situation d'urgence. Dans nos statistiques que nous avons remises à jour cet été, on a constaté une augmentation de plus de 3 % des personnes en situation d'itinérance, souligne le directeur général Jérémie Vitrano.

Il regarde la caméra.

Jérémie Vitrano est directeur général du Café rencontre du centre-ville.

Photo : Radio-Canada

Les problèmes de santé mentale sont bien présents dans la rue, faute de soins, et dans les organismes, le personnel s'épuise.

Les coordonnateurs et les directeurs d'organisme me parlent beaucoup de congés de maladie, de dépression. Je ne vous dirai pas que c'est tout le monde, mais il y a un épuisement latent qui est là, parce qu'on n'est pas assez sur le terrain, affirme Jemena Michea, coordonnatrice du Regroupement pour l'aide aux itinérants et itinérantes de Québec.

Le Café rencontre du centre-ville doit d'ailleurs fermer ses portes la fin de semaine, par manque de personnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Pauvreté