•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire résolument indépendantiste

Le reportage de Valérie Gamache

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Réunis en congrès à Longueuil, les membres de Québec solidaire ont placé l'indépendance du Québec au centre de leurs priorités, en adoptant une série de mesures menant à la souveraineté du pays dans un premier mandat.

L’élection provinciale de 2022 sera-t-elle donc référendaire?

Pas nécessairement, a toutefois tempéré la co-porte-parole de Québec solidaire (QS) Manon Massé. Jamais le parti n’envisage de déclarer unilatéralement l'indépendance du Québec.

Les 600 militants, rassemblés pour débattre des orientations politiques du parti, ont jeté les bases de leur projet indépendantiste. Ils affirment être prêts à mettre de l’avant un plan précis si QS venait à prendre le pouvoir.

Un éventuel gouvernement solidaire, dans son premier mandat, appellerait une assemblée constituante, rédigerait avec le peuple du Québec une nouvelle constitution et soumettrait cette constitution à un référendum dans un premier mandat.

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

En attendant que le Québec obtienne sa pleine indépendance, Québec solidaire entend préparer le terrain en posant des gestes de rupture avec Ottawa, notamment en percevant lui-même toutes les taxes et les impôts de ses résidents, pour verser ensuite ce qui lui revient au gouvernement canadien.

Le poste de lieutenant-gouverneur et le serment d'allégeance à la reine seraient également abolis. Le code criminel et pénal canadien serait quant à lui maintenu, mais seulement le temps d'en adopter un nouveau.

Les solidaires se sont aussi prononcés en faveur de la création d’une armée pour protéger les frontières du Québec et qui serait appelée en renfort en cas d'inondations ou de désastres naturels. Elle ne pourrait pas, par contre, attaquer un autre pays.

Jamais un parti politique au Québec n'aura eu une démarche indépendantiste aussi claire, affirmée et décomplexée, a affirmé le député de Jean-Lesage, Sol Zanetti. À force de tergiverser, le Parti québécois (PQ) a perdu de la crédibilité, selon lui.

Gabriel Nadeau-Dubois est par ailleurs d’avis que les récentes remarques du premier ministre albertain envers le Québec donnent des munitions au mouvement souverainiste. Jason Kenney rate peu d'occasions de répéter que les Québécois ont profité des revenus du pétrole pendant des années et qu’ils devraient être plus solidaires envers l’industrie pétrolière.

Ce genre de discours, estime l’ex-leader étudiant, prouve que la séparation du Québec est nécessaire pour atteindre les cibles environnementales de son parti.

Tous aussi souverainistes?

Québec solidaire profite aussi du congrès pour rejeter l’argument selon lequel la formation politique regroupe des fédéralistes et a milité en faveur du Nouveau parti démocratique (NPD) aux élections fédérales.

Le co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois insiste : Québec solidaire est resté neutre. Certains aiment bien agiter l'épouvantail des fédéralistes à Québec solidaire. Moi je n'en ai jamais rencontré, a-t-il affirmé.

Il faisait ainsi référence au chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet, qui a reproché à Québec solidaire, jeudi, d’avoir coûté des sièges à son parti en « appuyant » le NPD.

S'il y en avait, je leur demanderais de m'expliquer en quoi ils veulent faire la transition écologique, la réconciliation avec les premiers peuples et la justice fiscale à l'intérieur du Canada, a enchaîné Gabriel Nadeau-Dubois.

Ce ne sont toutefois pas tous les solidaires qui sont d’accord avec l’ex-leader étudiant.

Le militant de longue date François Saillant maintient que QS accueille des fédéralistes, qui ne sont pas tout à fait à l'aise avec le projet indépendantiste du parti.

Chose certaine, Québec solidaire flirte cependant avec les environnementalistes.

Je pense qu’en mettant la question des changements climatiques au cœur du projet d'indépendance, on est capable de le renouveler et d’en faire quelque chose d’attirant, a insisté Gabriel Nadeau-Dubois.

Le congrès a adopté des mesures concernant l'instauration d'un système d'écofiscalité pour faire payer les grands pollueurs.

Dimanche, les délégués voteront sur le leadership politique du parti, alors qu'un jeune Beauceron, Étienne Gélinas, tentera de remplacer Gabriel Nadeau-Dubois à titre de porte-parole masculin de QS.

Avec les informations de Valérie Gamache et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique