•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Vancouver, les contenants en styromousse interdits dans les restaurants dès 2020

Sales et écrasés, ces contenants vus de haut forment un énorme amas de déchets.

Des miliers de contenants en styromousse.

Photo : Reuters / Swoan Parker

Nora Chabib

Après les pailles en plastique, c’est au tour des gobelets, des assiettes, et des emballages en styromousse de se retrouver sur la liste des articles à usages uniques difficiles à recycler qui seront bannis des restaurants de Vancouver à partir du 1er janvier 2020.

L’industrie de la restauration n’a donc plus que six semaines pour trouver des solutions de rechange à ces contenants en mousse de polystyrène non réutilisables. Certaines solutions sont répertoriées dans une brochure (Nouvelle fenêtre) en plusieurs langues sur le site de la Ville.

Si les contenants en styromousse sont dans son collimateur, c’est que, quand bien même ce contenant de plastique numéro 6 est recyclable, très peu d'habitants semblent se donner la peine de le déposer dans les centres de tri adéquats, selon la chef de projet et services d'ingénierie à la Ville de Vancouver, Monica Kosmak.

Seulement 6 % des Vancouvérois sont disposés à apporter leurs gobelets et leurs contenants en polystyrène au dépôt pour recyclage, car cela n’est pas pratique.

Monica Kosmak, chef de projet et services d'ingénierie à la Ville de Vancouver

Les contenants pour nourriture à emporter et les gobelets jetables représentent environ 50 % des déchets dans les poubelles publiques, ce qui coûte 2,5 millions de dollars annuels à la Ville pour les traiter, selon un rapport (Nouvelle fenêtre) (en anglais) du Conseil du recyclage de la Colombie-Britannique (RCBC).

Des additions plus salées?

Tout comme le propriétaire du restaurant La belle patate, Pascal Cormier, plusieurs restaurateurs craignent que cette bonne intention écologique ne se répercute sur le prix des consommations.

En réponse à cette inquiétude, la Municipalité conseille aux restaurateurs de revoir leur approvisionnement d’emballage en regroupant leur commande pour réduire les coûts. Les achats groupés peuvent vous aider, vous et d'autres entreprises, à économiser de l'argent, explique-t-elle sur sa brochure en ligne.

Hôpitaux et supermarchés exemptés

Les barquettes en polystyrène utilisées pour la viande, les fruits de mer, les oeufs ou encore les légumes crus dans les supermarchés ne seront pas concernées par la mesure de la Ville.

Plusieurs contenant en styromousse sont remplis de plats. On y voit des nouilles, une omelette, une entrée aux champignons et des légumes posés sur un plateau.

Certains établissements communautaires et de santé pourront continuer à utiliser les contenants en styromousse.

Photo : Reuters

La nouvelle réglementation ne s'invitera pas non plus dans les hôpitaux ni dans les cafétérias d'établissements de soins communautaires. Elle sera reculée d’un an, soit au 1er janvier 2021, pour les fournisseurs d’aliments pour les organismes de bienfaisance.

Les contrevenants à la réglementation seront sanctionnés par des amendes, mais, selon Monica Kosmak, la Ville n’a pas encore convenu de date à cet effet.

Le dernier rapport d’une enquête internationale sur l’industrie des gobelets (Nouvelle fenêtre) en mousse jetables indique que l'Amérique du Nord domine le marché mondial des conteneurs en plastique.

Avec des informations de Yoann Priolet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement