•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le logiciel de la DPJ lié à la mort d’un enfant sera révisé « d’ici l’automne »

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le logiciel mis en cause dans la mort d’un bambin de 22 mois au Saguenay en 2016 sera révisé « d’ici l’automne prochain », a indiqué le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux et responsable des Directions de la protection de la jeunesse (DPJ), Lionel Carmant.

L’émission Enquête avait révélé jeudi des défaillances du logiciel appelé Système de soutien à la pratique (SSP), utilisé par les DPJ dans l'évaluation de la situation des enfants. Ce système a été mis en cause dans la mort d'un bambin de 22 mois au Saguenay en 2016.

Réagissant au reportage, la ministre de la Santé Danielle McCann a promis de réviser ce logiciel. À l’émission 24/60 vendredi, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux et responsable des DPJ, Lionel Carmant, a fait écho aux propos de sa consoeur et a indiqué que ce serait fait d’ici l’automne prochain.

Comme le dit Mme McCann, on est en train de faire la révision du logiciel. On a besoin de quelque chose. On travaille pour l’améliorer au niveau de sa compétence clinique, mais si on voit qu’on n'y arrive pas, il va falloir penser à le remplacer, a-t-il dit.

Le ministre délégué souligne néanmoins l’importance de ce logiciel. On a besoin de quelque chose pour uniformiser la prise d’informations. C’est pour ça qu’on a besoin d’un outil pour gérer les signalements, indique-t-il.

La décision clinique

Mais pour lui, la décision clinique des intervenants doit primer sur le logiciel. Le plus important, c’est la décision clinique [...] Donc nous, ce qu’on fait depuis le début, c’est de leur donner plus d’espace clinique, plus de soutien clinique. D’ailleurs, en janvier 2019, on a rajouté de l’argent pour le soutien clinique, a-t-il affirmé.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, qui a enquêté sur la mort du bambin, avait conclu en 2018 que le logiciel devrait être révisé. Cela fait plus d'un an.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique